Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

 

Troisième congrès de la SPS : Sciences et décision

Organisé par : Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS) et Thomas Pradeu (Paris IV)

Quels choix se présentent aux chercheurs et aux responsables des programmes scientifiques ? Sur quoi leurs décisions se fondent-elles ou devraient-elles se fonder ? Comment prendre de "bonnes" décisions à l’aide de connaissances scientifiques dans des situations d’incertitude ? Quand et selon quelles modalités est-il possible de décider "scientifiquement" ? Que sont les sciences de la décision et sur quoi se fondent-elles ?
Organisé par la Société de philosophie des sciences, ce congrès rassemblera des philosophes, des scientifiques, des médecins, des sociologues, des psychologues, des spécialistes des sciences de la décision pour analyser la prise de décision en sciences, la manière dont les décisions (notamment politiques et éthiques) peuvent être éclairées par les sciences, ainsi que les fondements des sciences de la décision.

Ressources en ligne

  • Mesure des choses, valeurs des gens (le 12 novembre 2009) — Marc Le Menestrel
    Dans quelle mesure les valeurs subjectives, en tant qu’appartenant à l’être humain qui juge, sont-elles représentées dans les modèles mathématiques qui fondent les sciences de la décision ? Pour traiter de cette question, je débuterai par une présentation des fondements mathématiques des sciences de la décision, en soulignant de quelle manière l’observation de faits empiriques est représentée par des relations entre des nombres. Je m’attacherai à montrer comment cette structure formelle hérite des sciences de la nature et tente d’intégrer les valeurs subjectives en tant que propriétés des objets de choix. Je proposerai une critique de cette approche, motivée par ma perception que cette démarche épistémologique peut affaiblir les sciences de la décision et dévaloriser les valeurs subjectives. Je dessinerai les contours d’une approche qui sépare et articule la mesure des choses avec les valeurs des gens. En m’appuyant sur la métaphore de la balance biaisée, sur des résultats mathématiques récents et sur des applications concrètes dans le domaine de l’éthique de la décision économique et managériale, je tenterai de montrer qu’il est possible, désirable et utile de fonder une science de la décision qui donne toute leur place aux valeurs subjectives, tout en les articulant soigneusement et rigoureusement dans une démarche scientifiquement fondée.
  • Quelques réflexions sur le management de la science (le 12 novembre 2009) — Bernard Larrouturou

  • Decision Theory for Chancy Environments (le 13 novembre 2009) — Wlodek Rabinowicz
    The subjective expected utility of an option is simply the subjective expectation of its utility. As such, it might be seen as a weighted sum of the option’s utilities in various possible worlds, with weights being the subjective probabilities of these worlds. But what about this notion of utility? An option’s utility in a world depends not only on the facts obtaining in that world that concern what would happen if this option were chosen, but also – if the world’s environment is chancy – to some extent on the facts concerning what could happen if the option were chosen – on the objective chances of its possible outcomes. Or, at least, such could-considerations become relevant if the option is not chosen in the world in question, which means that its outcome cannot be read out from subsequent developments. How to combine the would- with the could-considerations in the determination of utility in a principled way is not obvious, however. I have a tentative suggestion as to how it can be done: I will argue that the two kinds of considerations can be combined using the notion of centered chances.
  • De la psycho-économie à la neuro-économie (le 13 novembre 2009) — Bernard Walliser
    L’"économie expérimentale", en particulier l’"économie behaviorale" s’est intéressée aux processus de décision des agents dans divers contextes. Elle s’est appuyée tour à tour sur les états mentaux qu’ils expriment (psycho-économie), puis sur les images cérébrales qu’ils fournissent (neuro-économie). Du point de vue ontologique, l’économie est amenée à distinguer quatre niveaux d’organisation (social, comportemental, mental, cérébral), chacun caractérisé par ses propres concepts et mécanismes. Des principes de pontage établissent des relations plus ou moins univoques entre les concepts de chaque niveau, en particulier entre les états mentaux et les images cérébrales. Les explications s’appuient sur ces principes de pontage pour rendre compte de phénomènes ‘macroscopiques’ à partir des propriétés ‘microscopiques’ sous-jacentes. Du point de vue méthodologique, les concepts de base sont plus ou moins directement observables, certains, comme l’utilité, étant évalués indépendamment à plusieurs niveaux. Les disciplines se sont généralement spécialisées par niveau et sont plus ou moins ‘ouvertes’ à la prise en compte de données d’autres niveaux. Enfin, la démarche d’analyse retenue est tantôt descendante (projective) pour tester des modèles existants, tantôt ascendante (inductive) pour suggérer des modèles nouveaux.
  • The Social Epistemology of Science: Is It Different? (le 14 novembre 2009) — Alvin Goldman
    When sociologists of science investigate the social character of science, they often try to reduce science to less exalted social enterprises. Latour, Shapin, and others have compared scientific controversy to military or political battle where victory is secured by assembling a stronger coalition than one’s rivals. By contrast, the social-epistemological approach to science makes no attempt to derogate the standing of science or to deny the special non-social characteristics (e.g., experimentation with nature or techniques of reasoning) that may distinguish it from other knowledge-seeking activities. Rather, social epistemology asks which specific social features of science can optimize the epistemic outcomes that science seeks. These consequences include discovery of genuine (true) scientific facts or justified acceptance of scientific theories. Here we ask whether the social aspects of science are or should be different from analogous aspects of other knowledge-seeking social enterprises (e.g., legal trials or wikis). Two strands or branches of social epistemology are highlighted. First, how should scientific agents, considered as individuals, use “social evidence”, that is, evidence of what is reported or believed by their scientific peers? To whom should they accord higher levels of expertise or authority, and how should such assessments be used in the conduct of science? This problem confronts us in other walks of life as well as science; but here it is asked how it should be solved in science. Second, looking at science as a social system, which systemic properties promote or impede its distinctive epistemic ends? Some sample analytical problems and techniques used by social epistemologists are sketched and explored.
  • La théorie de la décision et la psychologie du sens commun (le 14 novembre 2009) — Philippe Mongin
    La théorie de la décision est une discipline mathématisée qui traite des décisions qu’un agent idéalement rationnel prendrait en situation d’incertitude non stratégique ou "naturelle" (cette précision définit la frontière convenue avec la théorie des jeux, dont il ne sera pas question ici). Elle étudie non seulement les cas où l’agent peut compter sur des valeurs de probabilités explicites, mais encore et surtout les autres cas, qui relèvent ou non d’une probabilisation implicite pour représenter l’incertitude. Ses résultats les plus classiques, chez Ramsey, de Finetti et Savage, consistent à énoncer les hypothèses de rationalité auxquelles l’agent doit satisfaire si l’observateur veut pouvoir lui attribuer des valeurs de probabilités latentes ou "subjectives".
    Malgré des formalismes qui en imposent, la théorie de la décision n’est pas une discipline ésotérique. Le critère sur lequel Ramsey, de Finetti et Savage débouchent n’est autre que celui de l’espérance d’utilité, que les praticiens connaissaient de longue date, et si l’on s’abstrait de la technicité toute relative des concepts d’utilité et de probabilité, on retrouve les notions communes de désir et de croyance, sur lesquelles reposent les explications les plus banales des actions humaines. La théorie apparaît donc comme une systématisation de la psychologie du sens commun, ce qui semble en restreindre à la fois l’intérêt actuel et les possibilités de développement ultérieur.
    Elle-même commune, cette thèse n’a guère fait l’objet de précisions philosophiques, sans doute parce qu’elle semblait trop évidente pour justifier l’examen. Même chez Davidson, qui a pris soin de l’énoncer et de l’argumenter, elle demeure approximative, et l’on ne sait pas dire exactement ce qu’elle implique sur la question pourtant attendue de la scientificité de la psychologie et des sciences sociales.
    Nous tenterons de déterminer la thèse en parcourant deux voies d’analyse. D’une part, quels rapports sémantiques les concepts de la théorie de la décision entretiennent-ils avec ceux de la psychologie du sens commun ? Outre la liaison de l’utilité avec le désir, et celle de la probabilité avec la croyance, l’enquête portera sur les deux concepts de risque et d’attitude subjective par rapport au risque, lesquels manquent de répondant à l’intérieur de la conceptualisation ordinaire. D’autre part, la théorie de la décision parviendrait-elle à relever le statut nomologique des généralités informes dont se contentent les explications banales des actions humaines ? Là réside un test possible de la dissemblance entre la théorie de la décision et ses antécédents pré-théoriques, ainsi qu’une pierre de touche pour les développements scientifiques auxquels celle-ci pourrait conduire.

Organisateurs

Daniel_Andler

Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS)

Titulaire de doctorats de mathématiques de Berkeley et de Paris VII, spécialiste de théorie des modèles, Daniel Andler a enseigné les mathématiques dans différentes universités parisiennes avant de passer officiellement à la philosophie. Il a été professeur à Lille puis à Nanterre, et il occupe depuis 1999 la chaire de philosophie des sciences et théorie de la connaissance à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Membre fondateur de la Société européenne de philosophie et psychologie (EuroSPP), Daniel Andler est le premier président de la Société de philosophie des sciences (SPS), et vice-président de la division de logique, méthodologie et philosophie des sciences de l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences. Il a été élu membre senior de l’institut universitaire de France en 2007.

Thomas_Pradeu

Thomas Pradeu (Paris IV)

Ancien élève de l’École normale supérieure, Thomas Pradeu poursuit des études de philosophie et d’histoire des sciences, notamment à l’université de Harvard (2003–04), et soutient en novembre 2007, sous la direction de Jean Gayon et Edgardo Carosella, un thèse de doctorat intitulée L’immunité et la définition de l’identité biologique. Thomas Pradeu est actuellement maître de conférences en philosophie des sciences à l’université Paris IV (Paris-Sorbonne).

En savoir plus sur le cycle...


Colloques et journées d’études

École d’été bio-image

Éthique à l’ENS

5e journée de protohistoire celtique : les Celtes à l’époque de la Tène moyenne

Atelier La recherche philosophique et l’organisation des masters en Europe

Atelier sur la transdisciplinarité

Bergson et Jaurès : Métaphysique, politique et histoire

Bergson professeur

Catastrophe et Récit

CAVOUR L’EUROPEEN et la "révolution diplomatique"

Colloque Éthique et esthétique de la corrida

Colloque Évaluer, dévaluer, réévaluer l’évaluation

Colloque "École 2.0 ?"

Colloque "De Brunschvicg à Bachelard"

Colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction

Colloque "Le déni de l’Holocauste" / "Holocauste Denial" Conference

Colloque "Vous avez dit Hopper ?"

Colloque Alain, littérature et philosophie mêlées

Colloque Albert Camus : littérature, morale, philosophie

Colloque Architectures au-delà du mur, Berlin-Varsovie-Moscou, 1989–2006

Colloque Autour de "Logiques des Mondes" d’Alain Badiou

Colloque Cavaillès, Lautman, Canguilhem : le concept, l’être, la vie

Colloque Ceci tuera cela : Autour de Victor Hugo

Colloque Celtes et Gaulois : L’archéologie face à l’histoire

Colloque Continuous Dynamics and Computability

Colloque Daniel Arasse

Colloque De l’imitation dans les musées

Colloque Derrida, la tradition de la philosophie

Colloque Einstein chez les philosophes : La réception philosophique de la relativité

Colloque en l’honneur du bicentenaire de la publication de Philosophie zoologique de Lamarck

Colloque Enseignement des sciences à l’école primaire : Éducation à l’environnement pour un développement durable

Colloque Figures de l’imposture, entre philosophie, littérature et sciences

Colloque Fonctionnement cérébral et apprentissage

Colloque Fractures et recompositions

Colloque Jean Deny : Les relations culturelles et scientifiques entre Turquie et France au XXe siècle

Colloque Jean-Paul Sartre : De L’Être et le Néant à la Critique de la raison dialectique

Colloque L’œuvre d’art totale, un simple décor ?

Colloque L’amitié et les sciences, de Descartes à Lévi-Strauss

Colloque L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes

Colloque L’essor des neurosciences, France, 1945–1975

Colloque L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Europe

Colloque La critique / Le critique

Colloque La pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits

Colloque La philosophie du soin - Éthique, médecine et société

Colloque La physiognomonie à la Renaissance / The Arts and Sciences of the Face 1500–1850

Colloque La terminologie, discipline scientifique

Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

Colloque Le dialogue ou les voies du dissensus : Philosophie et théâtre contemporains

Colloque Le rayonnement de la philosophie polonaise au XX° siècle

Colloque Le terrorisme : Un défi à la pensée politique

Colloque Les défis d’Hilary Putnam

Colloque Les disciplines face à leur histoire

Colloque Les engagements ontologiques des sciences

Colloque Levinas et la philosophie du XXe siècle en France

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Mathématiques, Sciences expérimentales et d’observation à l’école primaire

Colloque Mutations de l’écriture : Arts et sciences

Colloque Neurosciences cognitives du développement

Colloque Origines de la vie : auto-organisation et/ou évolution biologique ?

Colloque Ouvrir la logique au monde

Colloque Penser la catastrophe : Entre nature et politique

Colloque Promenade dans la physique d’aujourd’hui / A Stroll through Today’s Physics

Colloque Proust dans l’œil des philosophes

Colloque Qu’est-ce qui est réel ?

Colloque Raymond Aron : Genèse et actualité d’une pensée politique

Colloque Roland Barthes : Littérature et philosophie des années 1960

Colloque Science, technologie et créativité

Colloque Simone Weil et la philosophie du XXe siècle

Colloque Temps long : De la physique aux sciences humaines

Colloque Vladimir Jankélévitch : Actuel inactuel

Colloque Voyage au centre du récit

Conférence sur les travaux de la commission Sen-Stiglitz

De-Teleologising History of Money and Its Theory

Des psychanalystes face à la politique française à l’égard des Roms et des Gens du Voyage

Ecole d’été Langues et langage : compréhension, traduction, argumentation

Enfance et littérature : colonies et colonisation

Ethnografeast II : La fabrique de l’ethnographie

Forum de la régulation 2003

Journée Économie et sciences sociales

Journée Agriculture, forêts, pêche : nature exploitée et ingénierie écologique

Journée Architectures imaginaires

Journée Aspects historiques et philosophiques de la théorie des Catégories

Journée Conservation, restauration, évaluation écologique

Journée d’études : Dessiner le monde, une exploration des imaginaires cartographiques

Journée d’études autour de Richard Shusterman

Journée d’études L’anneau des disciplines

Journée d’études sur la représentativité

Journée Empirical Study of Juridical Review

Journée Environnement, agriculture et éthique (aspects scientifiques, industriels, et sociétaux)

Journée Environnement, agriculture, éthique

Journée GDR Dynamo à l’Institut Henri-Poincaré

Journée Georges Bram 2011 (10ème journée de Conférences en Histoire des sciences et épistémologie)

Journée Henri Cartan

Journée Images, raison et raisonnement

Journée Intrications philosophie-sciences de la nature

Journée Jean Hyppolite : Entre structure et existence

Journée Jean Wahl, le multiple

Journée Jules Verne et la vulgarisation scientifique

Journée L’action : Délibérer, décider, accomplir

Journée L’Europe face à sa constitution

Journée L’histoire de l’art, de l’Université à l’École (INHA)

Journée La classification : Problèmes logiques et épistémologiques

Journée La justice, approches croisées

Journée Le bijou, ses fonctions et ses usages de la Préhistoire à nos jours

Journée Le classicisme hollywoodien

Journée Le concept de ‘randomness’ : aléatoire et stochastique

Journée Les Principles of Psychology de William James et leur postérité scientifique aujourd’hui

Journée Les archives de l’enseignement supérieur français contemporain

Journée Lyrisme : Autour de Jonathan Culler

Journée Mathematical Foundations of Learning Theory

Journée Michel Foucault : Travaux actuels

Journée Parsifal, une œuvre pour notre temps ?

Journée Perspectives nouvelles en biologie théorique

Journée Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine

Journée Pilotage, gouvernance, excellence

Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

Journée Regards insolites sur la sexualité

Journée Science et démocratie

Journée Trois corps, classique-quantique, discret-continu

Journée Visualization of High-Resolution 3D Turbulent Flows

Journées d’études publiques du groupe MENS (Métaphysique à l’ENS)

Journées Esthétique : histoire et théories

L’héritage scientifique de Jacques Herbrand

La dynamique non linéaire du climat : journée scientifique en l’honneur de Michael Ghil

La philosophie française contemporaine en Asie

La place du mécénat dans les institutions publiques : quelles contreparties ?

La psychothérapie en Europe, spécificités nationales et tendances communes

Le mois de la science-fiction de l’ENS

Le rayonnement oriental des Parthes

Les chantiers de construction en Italie et dans les provinces romaines – III. L’économie des chantiers

Les inspirations françaises dans l’Empire ottoman et la Turquie moderne

Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

Portrait de villes américaines à l’âge global

Quatrième journée de protohistoire celtique : Le chercheur, le gisement archéologique et les problématiques de l’âge du Fer européen

Questions de phrasé

Réseaux sociaux, analyse et data mining

Rencontres sur l’archéologie de la construction : les chantiers publics de l’Occident romain

Round Table - GPC 2007 (Grid and Pervasive Computing)

Séminaire ARC2 "Accumulation, régulation, croissance et crise"

Semaine arabe 2011

Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

Semaine de l’Europe

Semaine de l’histoire 2003 : L’histoire face à la demande sociale

Semaine de l’histoire 2006 : L’historien et les images

Semaine de l’histoire 2007 : L’historien face à l’actualité de l’Antiquité à nos jours

Semaine de l’histoire 2008 : L’historien et les modes

Semaine de l’histoire 2009 : Histoire et fiction

Symposium Facets of quantum physics at ENS

The Journées 2010 "Systèmes de référence spatio-temporels"

Troisième congrès de la SPS : Sciences et décision