Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

 

Colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction

Organisé par : Déborah Lévy-Bertherat (ENS) et Pierre Schoentjes (Gand)

Les conflits contemporains ont conduit à sensibiliser simultanément les écrivains et le grand public à la thématique de la guerre. Organisé les 26 et 27 mars 2009 à l’École normale supérieure, ce colloque réunit, autour des questions de la représentation de la violence guerrière dans la fiction, des spécialistes de la littérature, du cinéma et des historiens en s’efforçant de favoriser des perspectives croisées. La formule célèbre "J’ai tué" de Blaise Cendrars balise le champ d’étude, celui de la violence directe infligée de près, au combat ou dans son contexte immédiat, lors des deux guerres mondiales, des guerres de décolonisation et quelques autres grands conflits du XXe siècle.
À l’écoute des spécialistes universitaires, la rencontre donne également la parole aux créateurs dont les œuvres ont abordé la problématique de la représentation de la violence directe sur le champ de bataille. Leur point de vue permet de prendre la pleine mesure des différents aspects esthétiques et éthiques qu’impliquent la mise en scène du geste de tuer. Une table ronde animée par Pierre Schoentjes réunit Gilbert Gatore et Laurent Mauvignier du côté de la littérature, tandis que François Bernard intervient pour aborder le cinéma et Patrick Chauvel pour la photographie.

Ressources en ligne

  • Ouverture du colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction (le 26 mars 2009) — Monique Canto-Sperber, Déborah Lévy-Bertherat et Pierre Schoentjes
    Accueil par Monique Canto-Sperber, directrice de l’École normale supérieure.
    Introduction par Déborah Lévy-Bertherat (ENS) et Pierre Schoentjes (université de Gand).
  • Guerre juste et littérature : un soldat en tue un autre (le 26 mars 2009) — Pierre Schoentjes
    Je considérerai un certain nombre d’œuvres contemporaines qui mettent en scène des conflits armés, afin de voir quelle place elles font à la représentation de la violence extrême et, en particulier, à l’image du combattant qui tue de ses propres mains. Je le ferai avec une attention particulière pour les enjeux éthiques auxquels elles invitent, ou n’invitent pas, à réfléchir. Le champ d’étude est celui de la violence directe infligée de près, lors du combat ou dans son contexte immédiat.
    Pour observer la violence personnelle extrême, j’ai retenu des fictions inspirées par trois conflits s’inscrivant dans l’après-héroïque : la Première Guerre mondiale, la Guerre du Vietnam et les guerres de l’Afrique contemporaine. Peu importe pour mon propos si les conflits au Congo, en Côte d’Ivoire ou au Rwanda méritent ou non de se voir attribuer la désignation de "guerre" ou doivent être qualifiés de "guerre tribale" ou de "conflit armé".
  • "Les hommes bons ne tuent pas" : violence guerrière, éthique et idéologie (le 26 mars 2009) — Déborah Lévy-Bertherat
    Session Grande Guerre, présidée par Pierre Schoentjes (université de Gand).
    Alors que, dans la plupart des récits de la Première Guerre mondiale, la figure de l’intellectuel est mise au service d’un devoir de témoigner pour les victimes et d’une dénonciation pacifiste de la guerre, certains textes la placent face à l’acte guerrier par excellence, l’acte de tuer. Dans deux brefs récits portant le même titre, J’ai tué, Cendrars (1918) et Boulgakov (1926) apportent des réponses divergentes à la question centrale du rapport entre violence guerrière et violence meurtrière. Mais les deux textes ont en commun de souligner la rencontre entre l’intellect et l’action : celui qui tue (un poète, un médecin) s’interroge précisément sur le sens de son acte, sur ses liens avec l’humanité, dans les deux sens du terme. La question traverse le recueil de Babel, Cavalerie rouge (1926). Son narrateur, Lioutov (de lioutiy, "féroce"), chroniqueur de la campagne de Pologne, décrit avec une horreur mêlée de fascination les actes de violence commis autour de lui : exécutions de civils, viols, massacres de prisonniers. La justification de la violence par la mission révolutionnaire est remise en cause par l’autre versant de Lioutov, celui de l’intellectuel juif, qui écoute le vieux Guédali saper sa justification idéologique de la guerre : "Les hommes bons ne tuent pas". On pourra clore cette réflexion en mentionnant l’évolution de l’écriture de Faulkner, de Soldier’s Pay (1926) à A Fable (1954) : la figure du héros sacrifié de la Première Guerre mondiale cesse d’être l’occasion de défendre des thèses pacifistes pour illustrer de manière complexe la théorie de la guerre juste.
  • Justifier la violence. Le problème de la rhétorique pour l’élimination de l’ennemi et du traître dans le roman résistancialiste (le 26 mars 2009) — Yan Hamel
    Session Deuxième Guerre mondiale, présidée par Michel Murat (LILA, ENS).
    Adaptant le concept sociologique de mémoire collective défini par Maurice Halbwachs aux besoins de l’étude des formes romanesques, cette communication proposera une analyse sociocritique d’une quinzaine de romans français portant sur la Seconde Guerre mondiale publiés à partir de 1945. Les œuvres de Simone de Beauvoir, Roger Vailland, Romain Gary, Vercors, Marcel Aymé, Jean Genet, Louis-Ferdinand Céline, Roger Nimier, Jorge Semprun, François Nourissier et Marguerite Duras permettent de saisir notamment que le rappel de la violence guerrière perpétrée à l’endroit soit de l’ennemi allemand, soit du collaborateur, fut un enjeu idéologique et esthétique déterminant. Revisitant à leur manière propre ce motif, les romans contribuent à construire des "mémoires collectives" conflictuelles des violences guerrières perpétrées, entre 1939 et 1945, par les Résistants et les autres troupes françaises combattant dans le camp des Alliés. C’est là, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, une manière de défendre une vision spécifique de l’être humain, de la société, de la nation et de la littérature.
  • "La Guerre, un pays de fées perverti" : violence militaire et personnelle dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell (le 26 mars 2009) — Vicky Colin
    Session Deuxième Guerre mondiale, présidée par Michel Murat (LILA, ENS).
    "C’était donc cela, la guerre, un pays de fées perverti, le terrain de jeu d’un enfant dément qui casse ses jouets en hurlant de rire, qui jette gaiement la vaisselle par les fenêtres ?" Cette métaphore de Gilbert Keith Chesterton est citée dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell, le roman polémique mais couronné de prix où la violence organisée par la machine nazie est centrale. À travers le personnage fictif de l’Allemand Max Aue, Littell fait le tour de la Deuxième Guerre mondiale : du combat de Stalingrad aux camps de concentration en passant par l’exécution massive à Babi Yar, en Ukraine. La "Shoah par balles" a généré des horreurs qui sont parmi les plus atroces de l’humanité : pour chaque victime, une balle, pour chaque balle, un tireur. L’ancien combat de corps à corps est réduit à un geste orchestré, redondant, sériel.
    Dans le roman, Max Aue participe à ces tueries en nazi loyal, et pourtant son déchirement intime est fascinant : "Même les boucheries démentielles de la Grande Guerre [...] paraissaient presque propres et justes à côté de ce que nous avions amené au monde", dit-il en parlant des exécutions. Les Bienveillantes est un véritable laboratoire de la violence extrême et des pensées intimes du bourreau : à côté des actes militaires et professionnels de Max, nous avons le privilège d’être témoins de ses meurtres personnels, que Littell nous donne à lire avec le même souci du détail que dans les scènes de guerre. Cette juxtaposition exceptionnelle de la violence du front et des agressions personnelles de Max Aue nous interroge sur ce qui réunit ces deux formes de brutalité. Est-ce sa folie psychopathique qui lui permet de grimper les échelons de la SS ? Ou est-ce, à l’inverse, la violence guerrière qui empoisonne son comportement civil ? La réponse demeure incertaine, mais les questions résonnent d’autant plus fort.
  • "But war means death". La mise à mort de l’ennemi dans un cinéma sous contraintes : le film de combat américain de la Seconde Guerre mondiale (1942–1945) (le 26 mars 2009) — Alain Kleinberger
    Session Cinéma, présidée par Jean-Loup Bourget (DHTA, ENS).
    Dans la mise en scène de la mort de l’ennemi, Hollywood a-t-il pu concilier les impératifs du Code de Production, les attentes de la doctrine Wallace telles que les relaie l’Office of War Information, les exigences du public et celles des cinéastes qui étaient eux-mêmes combattants ? Dans cette communication organisée autour de l’analyse de quelques scènes parmi les plus transgressives, nous chercherons les traces de ce tabou qui pèse sur le "plaisir de tuer", étudierons ses formes narratives et interrogerons sa valeur cathartique.
  • La représentation de l’acte de tuer dans quelques films américains sur la guerre du Vietnam (le 26 mars 2009) — Laurent Véray
    Session Cinéma, présidée par Jean-Loup Bourget (DHTA, ENS).
    L’expérience de la guerre du Vietnam a profondément marqué la société américaine, laissant des traces diverses et variées dans la mémoire collective. C’est ainsi que, parmi d’autres formes d’expression, plusieurs films de fiction importants et puissants ont été réalisés aux États-Unis, surtout durant les années 70–80. Il s’agira, dans cette intervention, à travers l’analyse de certaines séquences significatives prises dans différents exemples, de montrer l’évolution de l’acte de tuer en temps de guerre, et de tenter d’en expliquer les enjeux symboliques. L’idée générale étant que ce conflit mal assumé a transformé au cinéma le rapport à la figuration de la violence infligée au "corps de l’ennemi", qu’il soit civil ou militaire.
  • Table ronde d’écrivains et de cinéastes (le 26 mars 2009) — François Bernard, Patrick Chauvel, Gilbert Gatore et Laurent Mauvignier
    Table ronde animée par Pierre Schoentjes (université de Gand).
  • Raconter des histoires de "là-bas" : la narration de la violence directe dans la guerre d’Algérie (le 27 mars 2009) — Philip Dine
    Session Algérie, présidée par Jean-Charles Darmon (ENS).
    Cette communication se propose une relecture d’un échantillon de romans français écrits entre 1954 et 1992 ayant pour sujet la guerre d’Algérie. Plus particulièrement, l’analyse traitera de la représentation littéraire de la violence directe dans un conflit qui a provoqué la mort d’environ 20000 combattants français et celle d’entre 250000 et 400000 Algériens (les chiffres sont toujours contestés et le gouvernement algérien préfère depuis longtemps le chiffre d’un "million de martyrs"). Bien qu’étant objectivement "sans danger" pour la plupart des quelque deux millions de soldats français qui y ont fait leur service militaire – et qui avaient donc un taux moyen de mortalité de moins de 1% –, ce conflit est typiquement représenté selon les normes de la souffrance militaire lors des deux guerres mondiales. Par conséquent, la littérature française de la guerre est dominée par des textes insistant sur le danger physique et les traumatismes psychiques qui en résultent, menant souvent à la maladie mentale, voire au suicide des (anciens) combattants. En revanche, les romans ayant comme sujet la mort – plutôt que de la torture – des Algériens aux mains des militaires français sont plutôt rares. Cette communication prendra donc comme sujet les quelques fictions qui traitent ouvertement de telles morts, et se propose de les interroger en vue de faire l’analyse des choix éthiques, esthétiques et idéologiques qui les sous-tendent.
  • La guerre d’Algérie, ou la violence en miroir (le 27 mars 2009) — Catherine Milkovitch-Rioux
    Session Algérie, sous la présidence de Jean-Charles Darmon (ENS).
    Comme celle des conflits précédents, l’écriture de la guerre d’Algérie exprime fréquemment tant le déferlement d’une violence psychotique que la légitimation du sacrifice de la vie humaine. Dans la littérature algérienne, en particulier, l’hécatombe apparaît comme le signe tragique de la naissance d’une nation : Abraham et le sacrifice sont évoqués dans une glorification épique de la mise à mort de ceux – souvent parmi les plus jeunes – qui sont, selon l’expression de Kateb Yacine, "aux avant-postes du destin". L’ensauvagement du conflit ne se limite pas au sacrifice de héros de la libération : il se poursuit dans la légitimation de tous les moyens du combat, jusqu’aux bombes destinées aux civils : car, écrit Kateb des poseuses de bombes, "C’est par vos yeux que la nation verra le jour !" (Les Ancêtres redoublent de férocité). Cependant, l’acte de tuer fait également l’objet de mises en scène et de mises en abyme qui manifestent littéralement le retour du refoulé. Les œuvres d’Assia Djebar, de Messaoud Benyoucef, en particulier, figurent l’occultation – et l’exhumation – de la mémoire du meurtre dans des fables où les strates temporelles et historiques permettent non seulement de représenter la guerre de libération au miroir de la colonisation, mais aussi de mettre en abyme la mémoire des conflits du XXe siècle, pour réécrire, à la manière d’un palimpseste, la fiction de la brutalisation contemporaine.
  • Les écrits de femmes : fictions sur la guerre d’Algérie (le 27 mars 2009) — Benjamin Stora
    Session Algérie, sous la présidence de Jean-Charles Darmon (ENS).
    Le travail d’investigation à partir des romans ou autobiographies qui évoquent une époque particulière n’est-il qu’un simple prétexte à réflexion historique ou devons-nous, comme Michelet, estimer que la littérature peut être le lieu de déchiffrement du sens de l’histoire ? Sans vouloir forcément trancher entre ces questions, voici une "promenade" personnelle, en solitaire, à partir d’une production d’"archives" très singulière : les livres écrits et publiés par des femmes "pieds-noires" pendant une quarantaine d’années. Cent quarante femmes ont publié cent soixante-dix-neuf ouvrages en langue française entre 1960 et 2000, où peut se lire cette guerre de huit ans (1954–1962) qui a si profondément marqué les sociétés française et algérienne. Qu’elles s’expriment sous l’angle de la révolte et de la mélancolie ou de l’obsession d’un passé perdu, celui de l’Algérie française, la lente maturation du temps si cher aux historiens se donne partout à lire. Ce travail doit évidemment beaucoup à Mona Ozouf et ses Aveux du roman (Fayard, 2001).
  • La représentation des tueurs lors du génocide rwandais : sens et réalité d’une violence extrême, entre témoignage et fiction littéraire (J. Hatzfeld, G. Gatore) (le 27 mars 2009) — Catherine Coquio
    Session Rwanda, sous la présidence de Déborah Lévy-Bertherat (ENS).
    Il s’agit d’aborder la question de la représentation des tueurs et de l’acte de tuerie – et plus particulièrement des miliciens dits Interahamwe – en confrontant le corpus testimonial et le corpus littéraire, en particulier fictionnel, qui les fait apparaître. Ceci afin de saisir ce que ces textes nous donnent à comprendre (ou pas) de ce qui se montre dans cette violence-là. Je distinguerai, pour le premier corpus, entre les témoignages des tueurs, ceux des victimes et ceux des tiers – en m’appuyant surtout sur la trilogie de Jean Hatzfeld – et, pour le second, après un rapide état des lieux de la production rwandaise et non rwandaise, je ferai apparaître les enjeux relatifs à la poétique et au vécu de l’auteur, en interrogeant le cas du roman du jeune écrivain rwandais Gilbert Gatore, Le Passé devant soi, et sa réception française et rwandaise.
  • Raconter la violence et la cruauté. Les tueurs chez Hatzfeld et Gatore se mettent en scène (le 27 mars 2009) — Anneleen Spiessens
    Session Rwanda, sous la présidence de Déborah Lévy-Bertherat (ENS).
    En 2003, Jean Hatzfeld publie le deuxième volet de ce qui deviendra une trilogie sur le génocide rwandais. Dans Une saison de machettes, l’ancien reporter de guerre entre en dialogue avec les bourreaux emprisonnés dans le pénitencier de Rilima, dans l’espoir de découvrir "cette petite chose" qui change un homme ordinaire en tueur. En 2008, le jeune écrivain Gilbert Gatore publie en France son premier roman où il témoigne du drame qui a si profondément marqué son pays natal. Le Passé devant soi présente les récits enchevêtrés de deux personnages, victime et bourreau, qui se répondent dans un jeu de miroir complexe.
    Nous proposons d’analyser, dans les deux ouvrages, les narrations des tueurs quand ils évoquent leur propre participation au génocide et, en particulier, les modalités selon lesquelles ils se mettent en scène. Protagonistes de leurs propres récits, ils occupent même le devant de la scène. Les tueurs qui ont franchi le pas des aveux ont tendance à "rationaliser" (J. Bourke) les événements violents et à créer une certaine image de soi qui permettrait d’atténuer la responsabilité individuelle : la violence leur était imposée, était nécessaire ou tout simplement inéluctable. En revanche, on constate qu’ils ont plus de difficulté à s’imaginer pendant des scènes de cruauté. Nous étudierons l’élaboration et l’usage de ces narrations par les bourreaux dans les ouvrages d’Hatzfeld et de Gatore.

Organisateurs

Photo non disponible

Déborah Lévy-Bertherat (ENS)

Déborah Lévy-Bertherat est maître de conférences en littérature comparée à l’École normale supérieure. Thèmes de recherche :
– Aires culturelles russe, américaine, anglaise, française et italienne
– Littérature du XIXe et XXe siècle
– Œuvres de Lermontov, Gogol, Tolstoï, Nabokov
– Poétique du récit (autobiographie et fiction, récit d’enfance, récit de guerre)
– Théorie de la fiction
– Littérature et jeu
– Intertextualité
– Traduction.
Elle a publié notamment :
L’Artifice romantique, de Byron à Baudelaire, Klincksieck, 1994.
– (dir.) Le Jaloux, lecteur de signes, SEDES, 1996.
– (édition, traduction, dossier) Lermontov, Un héros de notre temps, GF-Flammarion, 2003.
– (édition, traduction partielle, dossier) Gogol, Nouvelles de Pétersbourg, GF-Flammarion, 2009 (1/ 1998).
– "Cavalerie rouge de Babel. Le régiment de Boudionny dans la littérature et la culture populaire", in Littérature et dissidence en URSS, éd. Frédérique Leichter, Presses de l’Université de Paris X, 2009.
– (dir.) J’ai tué, violence guerrière et fiction, en collaboration avec Pierre Schoentjes, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2009.

Photo non disponible

Pierre Schoentjes (Gand)

Pierre Schoentjes est professeur de littérature française à l’université de Gand (Universiteit Ghent). Thèmes de recherche :
– Littérature générale, avec une attention particulière pour l’ironie
– Littérature française (XIXe-contemporain) dans une perspective européenne
– Romans de guerre
– Fiction contemporaine
– Littérature française de Belgique.
Il a publié notamment :
– (dir.) La Grande Guerre : un siècle de fictions romanesques, Droz, 2008.
Fictions de la Grande Guerre, Classiques Garnier, 2008.
– (dir.) 14–18 : une mémoire littéraire, Le Cri, 2007.
– (dir.) La boue des Flandres et autres récits de la Grande Guerre, Labor, 2006.
Claude Simon par correspondance. Les Géorgiques et le regard des livres, Droz, 1995.

En savoir plus sur le cycle...

Les guerres du XXesiècle font l’objet d’une attention accrue dans nos sociétés civiles "spectatrices". Les fictions ont constitué, tout au long du dernier siècle, un champ de réflexion essentiel dans ce domaine. L’impact des romans et du cinéma est d’ailleurs souvent bien plus important auprès du public que celui des travaux des historiens, même s’il arrive aux fictions de leur servir de relais.
On observe que, depuis la Grande Guerre au moins, le "bon" roman de guerre est un roman "contre" la guerre. Cette perspective dominante implique que les fictions regardent la mort au combat surtout du côté des victimes. La description des souffrances subies entre dans l’horizon d’attente de tout lecteur d’un roman ayant pour cadre le champ de bataille. En littérature certainement, l’image du soldat en victime est centrale. Mais la vision de la mort au combat ne se limite pas aux figures de victimes, elle comprend aussi un aspect symétrique, quoique moins souvent souligné : faire la guerre, ce n’est pas seulement mourir, c’est aussi, et peut-être avant tout, tuer.
Nous nous proposons de nous interroger précisément sur cet aspect parfois négligé, sinon par les créateurs, du moins par la critique. L’acte de tuer, et en particulier tuer de ses propres mains, n’est en effet pas absent des œuvres de fiction. Comment la littérature et le cinéma mettent-ils en scène le combat et la violence rapprochée, directe, qui l’accompagne ? Quels sont les moyens esthétiques mis en œuvre pour sa représentation, ou au contraire son occultation ? Quels choix, quelles censures, quelles dramatisations, ou quelles tentatives de justification morale, impose la mise en fiction des témoignages de violence vécue du côté des acteurs ? Telles sont les questions auxquelles ce colloque voudrait tenter de trouver une réponse.


Colloques et journées d’études

École d’été bio-image

Éthique à l’ENS

5e journée de protohistoire celtique : les Celtes à l’époque de la Tène moyenne

Atelier La recherche philosophique et l’organisation des masters en Europe

Atelier sur la transdisciplinarité

Bergson et Jaurès : Métaphysique, politique et histoire

Bergson professeur

Catastrophe et Récit

CAVOUR L’EUROPEEN et la "révolution diplomatique"

Colloque Éthique et esthétique de la corrida

Colloque Évaluer, dévaluer, réévaluer l’évaluation

Colloque "École 2.0 ?"

Colloque "De Brunschvicg à Bachelard"

Colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction

Colloque "Le déni de l’Holocauste" / "Holocauste Denial" Conference

Colloque "Vous avez dit Hopper ?"

Colloque Alain, littérature et philosophie mêlées

Colloque Albert Camus : littérature, morale, philosophie

Colloque Architectures au-delà du mur, Berlin-Varsovie-Moscou, 1989–2006

Colloque Autour de "Logiques des Mondes" d’Alain Badiou

Colloque Cavaillès, Lautman, Canguilhem : le concept, l’être, la vie

Colloque Ceci tuera cela : Autour de Victor Hugo

Colloque Celtes et Gaulois : L’archéologie face à l’histoire

Colloque Continuous Dynamics and Computability

Colloque Daniel Arasse

Colloque De l’imitation dans les musées

Colloque Derrida, la tradition de la philosophie

Colloque Einstein chez les philosophes : La réception philosophique de la relativité

Colloque en l’honneur du bicentenaire de la publication de Philosophie zoologique de Lamarck

Colloque Enseignement des sciences à l’école primaire : Éducation à l’environnement pour un développement durable

Colloque Figures de l’imposture, entre philosophie, littérature et sciences

Colloque Fonctionnement cérébral et apprentissage

Colloque Fractures et recompositions

Colloque Jean Deny : Les relations culturelles et scientifiques entre Turquie et France au XXe siècle

Colloque Jean-Paul Sartre : De L’Être et le Néant à la Critique de la raison dialectique

Colloque L’œuvre d’art totale, un simple décor ?

Colloque L’amitié et les sciences, de Descartes à Lévi-Strauss

Colloque L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes

Colloque L’essor des neurosciences, France, 1945–1975

Colloque L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Europe

Colloque La critique / Le critique

Colloque La pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits

Colloque La philosophie du soin - Éthique, médecine et société

Colloque La physiognomonie à la Renaissance / The Arts and Sciences of the Face 1500–1850

Colloque La terminologie, discipline scientifique

Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

Colloque Le dialogue ou les voies du dissensus : Philosophie et théâtre contemporains

Colloque Le rayonnement de la philosophie polonaise au XX° siècle

Colloque Le terrorisme : Un défi à la pensée politique

Colloque Les défis d’Hilary Putnam

Colloque Les disciplines face à leur histoire

Colloque Les engagements ontologiques des sciences

Colloque Levinas et la philosophie du XXe siècle en France

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Mathématiques, Sciences expérimentales et d’observation à l’école primaire

Colloque Mutations de l’écriture : Arts et sciences

Colloque Neurosciences cognitives du développement

Colloque Origines de la vie : auto-organisation et/ou évolution biologique ?

Colloque Ouvrir la logique au monde

Colloque Penser la catastrophe : Entre nature et politique

Colloque Promenade dans la physique d’aujourd’hui / A Stroll through Today’s Physics

Colloque Proust dans l’œil des philosophes

Colloque Qu’est-ce qui est réel ?

Colloque Raymond Aron : Genèse et actualité d’une pensée politique

Colloque Roland Barthes : Littérature et philosophie des années 1960

Colloque Science, technologie et créativité

Colloque Simone Weil et la philosophie du XXe siècle

Colloque Temps long : De la physique aux sciences humaines

Colloque Vladimir Jankélévitch : Actuel inactuel

Colloque Voyage au centre du récit

Conférence sur les travaux de la commission Sen-Stiglitz

De-Teleologising History of Money and Its Theory

Des psychanalystes face à la politique française à l’égard des Roms et des Gens du Voyage

Ecole d’été Langues et langage : compréhension, traduction, argumentation

Enfance et littérature : colonies et colonisation

Ethnografeast II : La fabrique de l’ethnographie

Forum de la régulation 2003

Journée Économie et sciences sociales

Journée Agriculture, forêts, pêche : nature exploitée et ingénierie écologique

Journée Architectures imaginaires

Journée Aspects historiques et philosophiques de la théorie des Catégories

Journée Conservation, restauration, évaluation écologique

Journée d’études : Dessiner le monde, une exploration des imaginaires cartographiques

Journée d’études autour de Richard Shusterman

Journée d’études L’anneau des disciplines

Journée d’études sur la représentativité

Journée Empirical Study of Juridical Review

Journée Environnement, agriculture et éthique (aspects scientifiques, industriels, et sociétaux)

Journée Environnement, agriculture, éthique

Journée GDR Dynamo à l’Institut Henri-Poincaré

Journée Georges Bram 2011 (10ème journée de Conférences en Histoire des sciences et épistémologie)

Journée Henri Cartan

Journée Images, raison et raisonnement

Journée Intrications philosophie-sciences de la nature

Journée Jean Hyppolite : Entre structure et existence

Journée Jean Wahl, le multiple

Journée Jules Verne et la vulgarisation scientifique

Journée L’action : Délibérer, décider, accomplir

Journée L’Europe face à sa constitution

Journée L’histoire de l’art, de l’Université à l’École (INHA)

Journée La classification : Problèmes logiques et épistémologiques

Journée La justice, approches croisées

Journée Le bijou, ses fonctions et ses usages de la Préhistoire à nos jours

Journée Le classicisme hollywoodien

Journée Le concept de ‘randomness’ : aléatoire et stochastique

Journée Les Principles of Psychology de William James et leur postérité scientifique aujourd’hui

Journée Les archives de l’enseignement supérieur français contemporain

Journée Lyrisme : Autour de Jonathan Culler

Journée Mathematical Foundations of Learning Theory

Journée Michel Foucault : Travaux actuels

Journée Parsifal, une œuvre pour notre temps ?

Journée Perspectives nouvelles en biologie théorique

Journée Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine

Journée Pilotage, gouvernance, excellence

Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

Journée Regards insolites sur la sexualité

Journée Science et démocratie

Journée Trois corps, classique-quantique, discret-continu

Journée Visualization of High-Resolution 3D Turbulent Flows

Journées d’études publiques du groupe MENS (Métaphysique à l’ENS)

Journées Esthétique : histoire et théories

L’héritage scientifique de Jacques Herbrand

La dynamique non linéaire du climat : journée scientifique en l’honneur de Michael Ghil

La philosophie française contemporaine en Asie

La place du mécénat dans les institutions publiques : quelles contreparties ?

La psychothérapie en Europe, spécificités nationales et tendances communes

Le mois de la science-fiction de l’ENS

Le rayonnement oriental des Parthes

Les chantiers de construction en Italie et dans les provinces romaines – III. L’économie des chantiers

Les inspirations françaises dans l’Empire ottoman et la Turquie moderne

Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

Portrait de villes américaines à l’âge global

Quatrième journée de protohistoire celtique : Le chercheur, le gisement archéologique et les problématiques de l’âge du Fer européen

Questions de phrasé

Réseaux sociaux, analyse et data mining

Rencontres sur l’archéologie de la construction : les chantiers publics de l’Occident romain

Round Table - GPC 2007 (Grid and Pervasive Computing)

Séminaire ARC2 "Accumulation, régulation, croissance et crise"

Semaine arabe 2011

Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

Semaine de l’Europe

Semaine de l’histoire 2003 : L’histoire face à la demande sociale

Semaine de l’histoire 2006 : L’historien et les images

Semaine de l’histoire 2007 : L’historien face à l’actualité de l’Antiquité à nos jours

Semaine de l’histoire 2008 : L’historien et les modes

Semaine de l’histoire 2009 : Histoire et fiction

Symposium Facets of quantum physics at ENS

The Journées 2010 "Systèmes de référence spatio-temporels"

Troisième congrès de la SPS : Sciences et décision