Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

 

Cours de Jonathan Culler : Théorie de la poésie lyrique

Organisé par : Jonathan Culler (Cornell University)

Pour qui veut étudier la poésie lyrique dans sa structure et son évolution historique, une question se pose d’emblée : est-ce un genre, un mode, une forme, ou une catégorie factice qui ne sert à rien, comme le prétendait René Wellek ? Je propose d’étudier la constitution de cet objet (en anglais : "lyric poetry", ou tout simplement "the lyric"), dont l’idée moderne semble une création du XIXe siècle. Doit-on la lier à la notion de poésie lyrique dans la littérature grecque et latine ? Y a-t-il des qualités qui lui soient fondamentales et qui puissent en éclairer la structure ? Les discussions classiques de la question distinguent le lyrique par son mode d’énonciation : énonciation réservée au poète, à la première personne, par contraste avec l’énonciation réservée aux personnages (dramatique) ou l’énonciation alternée (épique) ; ou bien elles traitent le lyrique de non-mimétique par opposition aux genres mimétiques de la fiction, tel le roman et l’épopée. J’aborderai ces conceptions, mais je propose de me concentrer aussi sur les structures de l’adresse en poésie lyrique. Dans un article sur Banville, Baudelaire déclare que l’hyperbole et l’apostrophe sont des formes de langage qui sont non seulement des plus agréables mais aussi des plus nécessaires à la poésie lyrique, et je me demanderai dans quelle mesure la figure de l’apostrophe, cas particulier de l’énonciation, représente quelque chose de fondamental pour la poésie lyrique, l’opposant au narratif et le déplaçant de la mimesis d’une action passée pour l’installer dans une temporalité toute différente de l’événement poétique.
Ces réflexions seront divisées en trois séances :
1. L’énonciation, l’apostrophe et la nature du poème lyrique
2. Structures lyriques, de Sappho aux romantiques
3. Lyrique et poésie moderne

Ressources en ligne

  • Théorie de la poésie lyrique : 1. L’énonciation, l’apostrophe et la nature du poème lyrique (le 31 mars 2008) — Jonathan Culler
    Dans cette première séance, il sera question de certaines analyses classiques de la nature de la poésie lyrique : Hegel, Hamburger, Frye, Genette, et des problèmes de la notion de genre de nos jours. Quels sont les rapports entre la notion de mode d’énonciation (ou chez Frye la notion de "radical of presentation") et de l’adresse lyrique ? Discussion des poèmes de Keats, Baudelaire et Rilke.
    Attention : le cours est divisé en sept parties auxquelles correspondent autant de fichiers audio/vidéo indépendants (numérotés de 1 à 7)
  • Théorie de la poésie lyrique : 2. Structures lyriques, de Sappho aux romantiques (le 7 avril 2008) — Jonathan Culler
    Essayant de dégager certains éléments communs dans une tradition lyrique, et des différences dans les implications de l’adresse apostrophique d’une époque à l’autre, nous prendrons comme exemples des poèmes de Sappho, Catulle, Horace, Pétrarque, Du Bellay, Waller, Blake, Goethe et Hugo.
    Attention : le cours est divisé en sept parties auxquelles correspondent autant de fichiers audio/vidéo indépendants (numérotés de 1 à 7)
  • Théorie de la poésie lyrique : 3. Lyrique et poésie moderne (le 14 avril 2008) — Jonathan Culler
    Si la notion de poésie lyrique est liée a une certaine idée romantique du poète, est-elle est encore constitutive pour la lecture des poèmes dits modernes – de Baudelaire à nos jours ? Toujours suivant le fil conducteur de l’adresse apostrophique, nous considérerons des poèmes de Baudelaire, Mallarmé, Hopkins, Frost, Auden, Bonnefoy et Ashbery.
    Attention : le cours est divisé en sept parties auxquelles correspondent autant de fichiers audio/vidéo indépendants (numérotés de 1 à 7)

Organisateurs

Photo non disponible

Jonathan Culler (Cornell University)

Jonathan Culler, professeur à l’université Cornell, est une figure majeure du courant structuraliste de la critique littéraire aux Etats-Unis.

En savoir plus sur le cycle...

Quelques éléments de la bibliographie de Jonathan Culler :
Flaubert: The Uses of Uncertainty. London: Elek Books; Ithaca: Cornell University Press, 1974. Revised edition: Cornell University Press, 1985
Structuralist Poetics: Structuralism, Linguistics, and the Study of Literature. London: Routledge and Kegan Paul; Ithaca: Cornell University Press, 1975. Revised edition: Routledge Classics, 2002
Saussure (American title: Ferdinand de Saussure). London: Fontana; Brighton: Harvester, 1976. New York: Penguin, 1977. Second revised edition, Ithaca: Cornell University Press, 1986; London: Fontana, 1987
The Pursuit of Signs: Semiotics, Literature, Deconstruction. London: Routledge and Kegan Paul; Ithaca: Cornell University Press, 198l. Revised edition, "Routledge Classics," Routledge, 2001, Cornell University Press, 2002
On Deconstruction: Theory and Criticism after Structuralism. Ithaca: Cornell University Press, 1982; London: Routledge, 1983
Barthes (American title: Roland Barthes). London: Fontana; New York: Oxford University Press, 1983. Revised and expanded edition, Roland Barthes: A Very Short Introduction, OUP, Oxford, 2001
– ed. The Call of the Phoneme: Puns and the Foundations of Letters. Oxford: Blackwells, and Norman: University of Oklahoma Press, 1987
Framing the Sign: Criticism and Its Institutions. Oxford: Blackwells, and Norman, University of Oklahoma Press, 1988
Literary Theory: A Very Short Introduction. Oxford: Oxford University Press, 1997; reedition 1999
– ed. with Kevin Lamb, Just Being Difficult? Academic Writing in the Public Arena. Stanford: Stanford University Press, 2003
– ed. Deconstruction: Critical Concepts, 4 vols. London: Routledge, 2003
– ed. with Pheng Cheah, Grounds of Comparison: Around the Work of Benedict Anderson. Routledge, 2003


Cours et séminaires d’enseignement

À partir de l’incomplétude : indécidabilité logique et aléatoire physique

Atelier : Les méthodes de datation en archéologie

Atelier Apprentissage 2006–2007

Atelier Mathématiques et biologie 2006–2007

Comique et connaissance : de Filippo Brunelleschi à Giordano Bruno

Conférences de philosophie à l’École normale supérieure : La neuro-éthique

Conférences sur l’histoire de l’animal dans l’Antiquité

Construction de bases localisées adaptées à la géométrie. Applications : statistique, étude de CMB (fonds diffus cosmologique)

Cours d’automne 2009 du Département de physique

Cours d’histoire médiévale : Les villes italiennes au Moyen Âge

Cours d’initiation à l’histoire médiévale

Cours de chimie des lanthanides

Cours de Jonathan Culler : Théorie de la poésie lyrique

Cours de l’ENS : Cours de géophysique

Cours de l’ENS : Mini-cours de mathématiques

Cours de licence de biologie : communautés-écosystèmes

Cours de licence de biologie : comportement-populations

Cours du Département de physique : Ordres de grandeur en physique

Cours sur l’innovation dans l’art moderne et sa géographie

EALing 2004

EALing 2004

EALing 2004

EALing 2004

EALing 2004

EALing 2004

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2005

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

EALing 2006

Histoire de la photographie

Histoire transnationale des organisations internationales en Occident

Journée L’action : Délibérer, décider, accomplir

Journée La classification : Problèmes logiques et épistémologiques

La distribution des nombres premiers

Les singularités et leur résolution

Polémiques dans la République des Lettres : querelles, disputes et controverses autour de la figure de Jean-Jacques Rousseau

Séminaire d’histoire et philosophie des sciences : Chimie, science et société

Séminaire de philosophie : Ricoeur et Derrida dans le contexte de la philosophie du "témoignage"

Séminaire de philosophie : The Cognitive Uses of Causal Order