Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

 

Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

Organisé par : Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Alors que nous avons commémoré en France les soixante ans de la libération d’Auschwitz (date choisie en France pour la commémoration de la Shoah), les étudiants de l’ENS ont souhaité commémorer ensemble, en associant les élèves de tous les départements, cette blessure ouverte de l’histoire de l’Europe et de sa mémoire, que chaque génération a désormais à assumer et à penser.

Ressources en ligne

  • Il faudra raconter - rencontre avec Maurice Cling (le 12 avril 2005) — Maurice Cling
    Il faudra raconter de Daniel et Pascal Cling.
    Projection en présence de Maurice CLING, déporté à Auschwitz, et de ses fils, Daniel et Pascal CLING, réalisateurs du film. Débat animé par Irène Favier, élève de l’ENS.
    Synopsis (Arte) :
    À travers les témoignages de quatre rescapés d’Auschwitz qui parcourent les écoles pour témoigner, une interrogation sur la transmission et sur ce qu’il adviendra de la mémoire de la Shoah une fois les survivants disparus. Il faudra raconter
    Ils s’appellent Maurice, Ida, Henri et André et ont été déportés à Auschwitz. Chacun aborde ce qu’il a vécu à sa façon, avec sa sensibilité. Tous s’appliquent à le raconter avec la même conviction, le même sens du devoir. Ils témoignent dans les écoles, en France et en Allemagne, accompagnent des groupes scolaires à Auschwitz. Tant qu’ils le pourront, ils parleront, non pas à la place mais en mémoire de ceux qui ne sont pas revenus. Ceux qui mouraient dans les camps disaient : «Il faudra raconter.» 97 % des déportés n’ont jamais pu le faire. Les survivants sont l’arbre qui cache la forêt. Quand ils disparaîtront à leur tour, ils rejoindront cette forêt à jamais muette...
    La mémoire des camps Les images d’archives et les monuments commémoratifs resteront, mais la parole est nécessairement amenée à s’éteindre. Quelle forme prendra la mémoire des camps lorsque les derniers témoins disparaîtront à leur tour ? Cette interrogation est à la base de la démarche des deux réalisateurs, dont le père, Maurice Cling, rescapé d’Auschwitz et professeur d’université à la retraite, est un des personnages du film. Daniel et Pascal Cling ont accompagné Maurice, Ida, Henri et André dans tous les moments où ils perpétuent la mémoire de la déportation. Ces témoins évoquent le travail de transmission et leur propre fin, inéluctable et imminente. Cette disparition prochaine, que l’âge devrait rendre naturelle, ne le sera jamais tant leur survie est restée une interrogation.
  • Rencontre avec Simone Veil (le 13 avril 2005) — Simone Veil
    Conférence et débat en présence de Simone VEIL. Organisé par Dan Arbib, élève de l’ENS.
    Biographie (Arte):
    Simone Veil, née à Nice en 1927, est déportée à Auschwitz à 17 ans, en 1944. Au retour du camp, elle entreprend des études de droit puis se dirige vers la magistrature. Elle est la première femme secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature en 1970. Elle devient ministre de la Santé de 1974 à 1979. Pour les Français, son nom reste attaché à la loi sur le droit à l’avortement de 1975, qu’elle fait passer au Parlement après une âpre bataille. Candidate centriste, elle est élue au Parlement européen en 1979. Élue présidente de cette Assemblée de 1979 à 1982, elle y défend sa vision fédéraliste et supranationale de l’Europe et insiste sur les enjeux de la paix, de la liberté, du bien-être pour les peuples qui la composent.
  • Devoir de mémoire et travail d’histoire (le 14 avril 2005) — Iannis Roder, Henry Rousso et Annette Wieviorka
    Entre histoire et mémoire. Comment enseigner la Shoah aujourd’hui ?
    Cette séance de réflexion sur la construction et la transmission de la mémoire se tiendra en présence de Henry ROUSSO, Annette WIEVIORKA et Iannis RODER. Elle sera animée par Hélène Harder et Thomas Wieder, élèves de l’ENS, qui s’appuiront sur le dossier qu’ils ont préparé.
  • Mémoire et politique, l’actualité de la Shoah (le 15 avril 2005) — Claude Askolovitch, Sophie Ernst et Michel Wieviorka
    Pour clore une semaine consacrée au souvenir et au devoir de mémoire, nous avons voulu parler le dernier jour du présent et de l’avenir ; en effet, il importait de rappeler une dernière fois que commémorer la Shoah, ce n’est pas seulement, comme on essaie parfois de nous le faire croire, remuer un passé douloureux par masochisme ou par goût morbide. D’abord, il y a un devoir de mémoire envers les victimes et leurs proches ; mais pas uniquement : même le jour où tous ceux qui ont souffert seront morts, il faudra encore se souvenir, pour que cela ne puisse jamais se reproduire (au moment où il planifiait la Shoah, Hitler a déclaré : «après tout, qui parle encore aujourd’hui de l’annihilation des Arméniens ?»). En effet, comme le souligne le film projeté mardi, la Shoah n’était pas seulement un crime contre les juifs, mais bien un crime contre l’humanité. C’est au fond cela que nous dit John Donne et que contestent les négationnistes de tout poil : les victimes du génocide nazi étaient des juifs et des tziganes, mais cela nous concerne tous même si nous ne sommes ni l’un ni l’autre, car à travers eux, c’est ce qu’il y a d’humain en tout homme - la dignité personnelle, l’appartenance à une culture - qui était nié.
    Cinquante ans après les procès de Nuremberg, dix ans après le génocide du Rwanda, et alors que certains voudraient une «concurrence entre les victimes» («mon génocide est plus important que le tien !»), les questions qui se posent à nous aujourd’hui sont :
    * sommes nous capables de donner un sens concret (notamment pénal) et pas seulement métaphysique au mot «humanité» et à l’expression «crime contre l’humanité» (car la métaphysique n’a jamais empêché les massacres et les génocides) ?
    * comment fonctionnent les tribunaux pénaux internationaux (Yougoslavie et Rwanda) et quelle est leur efficacité ?
    * comment combattre le négationnisme, et plus généralement, comment comprendre et endiguer la montée présente du racisme en France (ce qui est un des combats fondateurs de Pollens) ?
    Cette séance de réflexion sur l’actualité de la Shoah se tiendra en présence de Claude Askolovitch, Michel WIEVIORKA et Sophie ERNST. Elle sera animée par Florent Buisson, Irène Favier et Céline Mistretta, élèves de l’ENS.

Organisateurs

_Pollens

Pollens (association d’élèves de l’ENS)

L’association Pollens (Politique à l’ENS) a vu le jour à un moment critique et symptomatique de la vie démocratique francaise et plus largement européenne : le passage au second tour des élections présidentielles de Jean-Marie Le Pen marquait certes la victoire du populisme et de la démagogie mais révélait surtout le désengagement politique et citoyen de notre génération.
Pollens est donc née d’une prise de conscience et d’une volontée d’inventer de nouvelles formes d’engagement et de souci du monde. Loin des enthousiasmes exaltés de nos aînés, mais inquiets du relativisme passif et désenchanté de notre propre génération, nous essayons, en décryptant par la réflexion et le dialogue un monde contemporain de plus en plus complexe, de permettre à chacun de trouver sa manière singulière d’être au monde et ainsi sa manière de le changer. N’ayant donc pas renoncé à changer nos mondes, nous nous sommes fixés un cadre qui donne à chacun la liberté de penser et d’agir : exigence et imagination dans la recherche d’informations, courage d’exercer individuellement son jugement et de l’exprimer, respect et écoute des opinions des autres, ceux d’ici et d’ailleurs.

En savoir plus sur le cycle...

Alors que nous avons commémoré en France les soixante ans de la libération d’Auschwitz (date choisie en France pour la commémoration de la Shoah), plusieurs d’entre nous se sont étonnés que rien ne soit fait au sein de l’Ecole. C’est ainsi qu’est née peu à peu l’idée de commémorer ensemble, en associant les élèves de tous les départements, cette blessure ouverte de l’histoire de l’Europe et de sa mémoire, que chaque génération a désormais à assumer et à penser.

L’idée bien entendu nous a d’abord intimidés : comment organiser quelque chose qui soit à la hauteur ? D’autant plus que nous n’avons pour le moment aucun précédent pour nous aiguiller. Comment expliquer d’ailleurs que le besoin et la volonté d’organiser la commémoration à l’Ecole apparaissent enfin, soixante ans après ?
Les critiques et les problèmes ne tardèrent pas non plus : quelle utilité dans une institution où tous les élèves sont censés avoir une connaissance suffisante des évènements ? Mais savons-nous seulement ce qui s’est passé sous Vichy à l’Ecole ? Le savoir est-il suffisant à rendre la mémoire vivante et engagée dans le monde ?
Pourquoi commémorer le génocide de la seconde guerre mondiale et pas les autres ? Mais commémorer l’un n’est-ce pas justement apprendre à voir les autres . Et encore : Comment nommer ce que nous voulions commémorer : l’Holocauste, la Shoah, le génocide juif ? Comment rendre compte de la spécificité de la persécution des juifs sans oublier les tziganes, les homosexuels mais aussi les résistants, les communistes, les « asociaux » ?

Ces questions, nous fûmes les premiers étonnés de ne pouvoir pas y répondre facilement. La vivacité des débats révélait cependant l’importance de l’enjeu, la difficulté de l’entreprise et la nécessité de ne pas l’esquiver.
Elles nous indiquent plusieurs choses : l’ignorance qui surgit souvent comme l’ombre de nos certitudes, la fragilité et l’indétermination de notre mémoire collective, et enfin souvent l’absence de réponse simple et définitive à ces questions qui sont notre héritage commun.

Ce sont ces différentes interrogations qui ont dessiné les contours du projet. Inversement, il apparaissait de plus en plus clairement à leur lumière, qu’aucune commémoration ne pouvait se faire

  1. sans une réflexion sur « le devoir de mémoire » et les deux écueils qui le menacent : la sacralisation et la banalisation.
  2. sans le temps d’interroger et de « faire vivre » en nous cette mémoire qui avant d’être collective, ne peut être que personnelle et intime.
  3. sans une réflexion sur les moyens mêmes de sa transmission. L’Ecole est sans doute le premier lieu où la question se pose.
  4. sans une réflexion dès lors sur les liens entre histoire et mémoire, le passé se reflétant et se déformant par le prisme de la mémoire dans notre présent. Au moment où l’Europe s’élargit, où les menaces du populisme et de l’antisémitisme reprend vigueur et où l’engagement intellectuel et politique est désormais problématique, il ne nous semble pas vain d’y réfléchir malgré l’apparent consensus.

En proposant une semaine entière consacrée à cette mémoire, nous avons voulu prendre le temps d’explorer toutes ces facettes et questions, sans prétendre y apporter de réponse dogmatique et définitive mais en invitant chacun à les aborder.


Colloques et journées d’études

École d’été bio-image

Éthique à l’ENS

5e journée de protohistoire celtique : les Celtes à l’époque de la Tène moyenne

Atelier La recherche philosophique et l’organisation des masters en Europe

Atelier sur la transdisciplinarité

Bergson et Jaurès : Métaphysique, politique et histoire

Bergson professeur

Catastrophe et Récit

CAVOUR L’EUROPEEN et la "révolution diplomatique"

Colloque Éthique et esthétique de la corrida

Colloque Évaluer, dévaluer, réévaluer l’évaluation

Colloque "École 2.0 ?"

Colloque "De Brunschvicg à Bachelard"

Colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction

Colloque "Le déni de l’Holocauste" / "Holocauste Denial" Conference

Colloque "Vous avez dit Hopper ?"

Colloque Alain, littérature et philosophie mêlées

Colloque Albert Camus : littérature, morale, philosophie

Colloque Architectures au-delà du mur, Berlin-Varsovie-Moscou, 1989–2006

Colloque Autour de "Logiques des Mondes" d’Alain Badiou

Colloque Cavaillès, Lautman, Canguilhem : le concept, l’être, la vie

Colloque Ceci tuera cela : Autour de Victor Hugo

Colloque Celtes et Gaulois : L’archéologie face à l’histoire

Colloque Continuous Dynamics and Computability

Colloque Daniel Arasse

Colloque De l’imitation dans les musées

Colloque Derrida, la tradition de la philosophie

Colloque Einstein chez les philosophes : La réception philosophique de la relativité

Colloque en l’honneur du bicentenaire de la publication de Philosophie zoologique de Lamarck

Colloque Enseignement des sciences à l’école primaire : Éducation à l’environnement pour un développement durable

Colloque Figures de l’imposture, entre philosophie, littérature et sciences

Colloque Fonctionnement cérébral et apprentissage

Colloque Fractures et recompositions

Colloque Jean Deny : Les relations culturelles et scientifiques entre Turquie et France au XXe siècle

Colloque Jean-Paul Sartre : De L’Être et le Néant à la Critique de la raison dialectique

Colloque L’œuvre d’art totale, un simple décor ?

Colloque L’amitié et les sciences, de Descartes à Lévi-Strauss

Colloque L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes

Colloque L’essor des neurosciences, France, 1945–1975

Colloque L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Europe

Colloque La critique / Le critique

Colloque La pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits

Colloque La philosophie du soin - Éthique, médecine et société

Colloque La physiognomonie à la Renaissance / The Arts and Sciences of the Face 1500–1850

Colloque La terminologie, discipline scientifique

Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

Colloque Le dialogue ou les voies du dissensus : Philosophie et théâtre contemporains

Colloque Le rayonnement de la philosophie polonaise au XX° siècle

Colloque Le terrorisme : Un défi à la pensée politique

Colloque Les défis d’Hilary Putnam

Colloque Les disciplines face à leur histoire

Colloque Les engagements ontologiques des sciences

Colloque Levinas et la philosophie du XXe siècle en France

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

Colloque Mathématiques, Sciences expérimentales et d’observation à l’école primaire

Colloque Mutations de l’écriture : Arts et sciences

Colloque Neurosciences cognitives du développement

Colloque Origines de la vie : auto-organisation et/ou évolution biologique ?

Colloque Ouvrir la logique au monde

Colloque Penser la catastrophe : Entre nature et politique

Colloque Promenade dans la physique d’aujourd’hui / A Stroll through Today’s Physics

Colloque Proust dans l’œil des philosophes

Colloque Qu’est-ce qui est réel ?

Colloque Raymond Aron : Genèse et actualité d’une pensée politique

Colloque Roland Barthes : Littérature et philosophie des années 1960

Colloque Science, technologie et créativité

Colloque Simone Weil et la philosophie du XXe siècle

Colloque Temps long : De la physique aux sciences humaines

Colloque Vladimir Jankélévitch : Actuel inactuel

Colloque Voyage au centre du récit

Conférence sur les travaux de la commission Sen-Stiglitz

De-Teleologising History of Money and Its Theory

Des psychanalystes face à la politique française à l’égard des Roms et des Gens du Voyage

Ecole d’été Langues et langage : compréhension, traduction, argumentation

Enfance et littérature : colonies et colonisation

Ethnografeast II : La fabrique de l’ethnographie

Forum de la régulation 2003

Journée Économie et sciences sociales

Journée Agriculture, forêts, pêche : nature exploitée et ingénierie écologique

Journée Architectures imaginaires

Journée Aspects historiques et philosophiques de la théorie des Catégories

Journée Conservation, restauration, évaluation écologique

Journée d’études : Dessiner le monde, une exploration des imaginaires cartographiques

Journée d’études autour de Richard Shusterman

Journée d’études L’anneau des disciplines

Journée d’études sur la représentativité

Journée Empirical Study of Juridical Review

Journée Environnement, agriculture et éthique (aspects scientifiques, industriels, et sociétaux)

Journée Environnement, agriculture, éthique

Journée GDR Dynamo à l’Institut Henri-Poincaré

Journée Georges Bram 2011 (10ème journée de Conférences en Histoire des sciences et épistémologie)

Journée Henri Cartan

Journée Images, raison et raisonnement

Journée Intrications philosophie-sciences de la nature

Journée Jean Hyppolite : Entre structure et existence

Journée Jean Wahl, le multiple

Journée Jules Verne et la vulgarisation scientifique

Journée L’action : Délibérer, décider, accomplir

Journée L’Europe face à sa constitution

Journée L’histoire de l’art, de l’Université à l’École (INHA)

Journée La classification : Problèmes logiques et épistémologiques

Journée La justice, approches croisées

Journée Le bijou, ses fonctions et ses usages de la Préhistoire à nos jours

Journée Le classicisme hollywoodien

Journée Le concept de ‘randomness’ : aléatoire et stochastique

Journée Les Principles of Psychology de William James et leur postérité scientifique aujourd’hui

Journée Les archives de l’enseignement supérieur français contemporain

Journée Lyrisme : Autour de Jonathan Culler

Journée Mathematical Foundations of Learning Theory

Journée Michel Foucault : Travaux actuels

Journée Parsifal, une œuvre pour notre temps ?

Journée Perspectives nouvelles en biologie théorique

Journée Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine

Journée Pilotage, gouvernance, excellence

Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

Journée Regards insolites sur la sexualité

Journée Science et démocratie

Journée Trois corps, classique-quantique, discret-continu

Journée Visualization of High-Resolution 3D Turbulent Flows

Journées d’études publiques du groupe MENS (Métaphysique à l’ENS)

Journées Esthétique : histoire et théories

L’héritage scientifique de Jacques Herbrand

La dynamique non linéaire du climat : journée scientifique en l’honneur de Michael Ghil

La philosophie française contemporaine en Asie

La place du mécénat dans les institutions publiques : quelles contreparties ?

La psychothérapie en Europe, spécificités nationales et tendances communes

Le mois de la science-fiction de l’ENS

Le rayonnement oriental des Parthes

Les chantiers de construction en Italie et dans les provinces romaines – III. L’économie des chantiers

Les inspirations françaises dans l’Empire ottoman et la Turquie moderne

Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

Portrait de villes américaines à l’âge global

Quatrième journée de protohistoire celtique : Le chercheur, le gisement archéologique et les problématiques de l’âge du Fer européen

Questions de phrasé

Réseaux sociaux, analyse et data mining

Rencontres sur l’archéologie de la construction : les chantiers publics de l’Occident romain

Round Table - GPC 2007 (Grid and Pervasive Computing)

Séminaire ARC2 "Accumulation, régulation, croissance et crise"

Semaine arabe 2011

Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

Semaine de l’Europe

Semaine de l’histoire 2003 : L’histoire face à la demande sociale

Semaine de l’histoire 2006 : L’historien et les images

Semaine de l’histoire 2007 : L’historien face à l’actualité de l’Antiquité à nos jours

Semaine de l’histoire 2008 : L’historien et les modes

Semaine de l’histoire 2009 : Histoire et fiction

Symposium Facets of quantum physics at ENS

The Journées 2010 "Systèmes de référence spatio-temporels"

Troisième congrès de la SPS : Sciences et décision

Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Projection-débat "DADVSI : Quelle liberté numérique ?"

Séminaire d’élèves : Discussion et réflexion politiques à l’ENS

Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

Semaine de l’Europe