Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

987

Conférences exceptionnelles

< précédent | suivant >

Rencontre autour de Free Zone d’Amos Gitaï
Jean-Loup Bourget (ENS), Pierre-Marc de Biasi (CNRS) et Amos Gitaï (réalisateur)

14 novembre 2005

Interprètes
Nathalie PORTMAN, Hanna LASLO, Hiam ABBASS, Aki AVNI, Carmen MAURA
Synopsis
Rebecca, une Américaine qui vit à Jérusalem depuis quelques mois, vient de rompre avec son fiancé. Elle monte dans le taxi de Hanna, une Israélienne. Mais celle-ci doit aller en Jordanie, dans la "Free Zone", récupérer une grosse somme d’argent que leur doit l’Américain l’associé de son mari. Rebecca la convainc de l’emmener avec elle. Quand elles arrivent dans la Free Zone, Leila, une Palestinienne, leur explique que l’Américain n’est pas là et que l’argent a disparu...

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, haut débit, streaming / diffusion en ligne

Jean-Loup Bourget Jean-Loup Bourget (ENS)
Professeur à l’École normale supérieure et critique à la revue Positif.
Directeur du Département histoire et théorie des arts de l’ENS.
Directeur de l’ARIAS - Atelier de recherche sur l’intermédialité et les arts du spectacle (CNRS-Paris III).

Pierre-Marc de Biasi Pierre-Marc de Biasi (CNRS)
Chercheur et plasticien, producteur à France Culture, directeur de recherche (CNRS UMR 8132), directeur de l’Institut des textes et manuscrits modernes.

Amos Gitaï Amos Gitaï (réalisateur)
Amos Gitaï est né à Haïfa en 1950. Entre 1971 et 1975, il étudie l’architecture en Israël et à Berkeley (Etats-Unis) et commence à réaliser des courts métrages. À partir de 1977, il tourne des documentaires pour la télévision israélienne. En 1982, la polémique déclenchée par Journal de campagne, tourné pendant la guerre du Liban, le contraint à quitter Israël pour Paris. Là, il continue d’étudier les thèmes de l’exil et de l’immigration. Depuis son retour en Israël en 1993, Amos Gitaï tourne des films dans lesquels il observe les destins croisés de ceux qui composent l’histoire d’Israël.