Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

881

Séminaire général du Département TAO

< précédent | suivant >

Vers une image de la surface de la Terre en 4 dimensions
Gilles Peltzer (UCLA)

18 octobre 2005

Depuis les années 70, l’imagerie spatiale de la surface de la Terre s’est développée considérablement. Les images satellitaires de résolution spatiale de plus en plus fine (Landsat, SPOT, Ikonos) ont permis de carter les grandes failles continentales, puis de déterminer leur cinématique, et enfin d’estimer leur vitesse moyenne quaternaire. Depuis les années 1990, le radar à ouverture synthétique (SAR) et les développements de la technique de l’interferometrie radar (InSAR) fournissent des images de la topographie de la Terre et de ses changements sur de vaste régions, ouvrant une ère nouvelle en géodésie spatiale. Les domaines d’applications de l’InSAR incluent les tremblements de Terre, l’activité volcanique, l’écoulement des glaciers, et la subsidence produite par l’exploitation des fluides du sous-sol.
En sismologie et en tectonique, l’InSAR a été essentiel à l’identification de processus de déformation de la croûte continentale liés aux séismes. Ainsi les effets du rebond poro-élastique, du glissement asismique, de la relaxation visco-élastique, ou du comportement élastique non-linéaire de la croûte au voisinage d’une faille ont été imagés pour la première fois par les radars ERS de l’agence spatiale Européenne. Ces résultats ont également soulevé un grand nombre de questions relatives au comportement temporel de ces processus.
Avec l’enrichissement des archives de données SAR durant la dernière décennie, des périodes de plus en plus longues sont couvertes et la répétition des acquisitions permet de construire des séries temporelles de cartes de déplacement de la surface. Les résultats sont encore préliminaires mais déjà la caractérisation spatiale et temporelle des mouvements du sol permet de mieux comprendre les mécanismes qui les produisent. Par exemple, la distinction entre les processus hydrauliques saisonniers et les déformations tectoniques dans le basin de Los Angeles a montré une forte concentration des déformations dans la partie nord du basin, à l’aplomb du centre urbain le plus important de Californie. Egalement, le suivi des déformations de surface dans la zone de faille du tremblement de terre d’Hector Mine durant deux ans après l’événement montre une réponse poro-élastique accrue dans les zone d’endommagement lié au mouvements sur la faille, permettant ainsi de sonder sa structure mécanique. Enfin une série temporelle de 8 ans acquise sur la zone de rift de l’Afar par le satellite canadien RADARSAT montre une déformation instable du rift intérieur où les épisodes de glissements sur les failles se produisent de façon asynchrone.
Ces résultats nouveaux n’ont été possibles que dans certaines régions bien couvertes par les systèmes existants. Une mission dédiée à l’interférométrie radar avec un système optimisé pour les applications géologiques permettrait la surveillance continue de la surface de la Terre. Une telle mission fait partie du projet américain Earthscope.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, haut débit, streaming / diffusion en ligne

Gilles Peltzer Gilles Peltzer (UCLA)
Earth and Space Science Division.