Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

820

Séminaire général du Département de physique

< précédent | suivant >

Climat et atmosphère au Quaternaire : les résultats de nouveaux carottages glaciaires
Jean Jouzel (IPSL, CEA)

6 octobre 2005

Depuis une vingtaine d’années, l’étude des glaces de l’Antarctique et du Groenland a été marquée par l’obtention de résultats importants vis à vis de l’évolution passée et future de notre climat, en premier lieu la mise en évidence d’une relation entre climat et gaz à effet de serre dans le passé et la découverte de variations climatiques rapides. Ces résultats s’appuient sur des enregistrements tels ceux obtenus à partir de l’étude du forage de Vostok, qui donne accès à l’évolution du climat de l’Antarctique et à celle de la composition de l’atmosphère depuis 420000 ans, et sur ceux de GRIP et GISP2 (Groenland) qui permettent de décrire précisément le rythme des variations rapides au cours des 100000 dernières années. Les années 2004 et 2005 ont permis d’accroître considérablement l’information disponible à partir des glaces polaires grâce aux forages d’EPICA Dome C (Antarctique) et de North GRIP (Groenland). Nous présenterons les résultats obtenus sur les deux forages dont l’un couvre huit cycles climatiques (800000 ans) et l’autre permet, pour la première fois pour un forage glaciaire de l’hémisphère nord, d’atteindre l’Eémien, la période la plus chaude du dernier interglaciaire, il y a environ 120000 ans.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, haut débit, streaming / diffusion en ligne

Télécharger
pictogrammeformat quicktime mp4, haut débit, téléchargement - ??? (erreur acces)

Jean Jouzel Jean Jouzel (IPSL, CEA)
Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement.
Jean Jouzel, directeur de recherches au CEA, a fait dans cet organisme l’essentiel de sa carrière scientifique, largement consacrée à la reconstitution des climats du passé à partir de l’étude des glaces de l’Antarctique et du Groenland. De 2001 à 2008, il dirige l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL). En 2002, le CNRS lui décerne sa médaille d’or, la plus haute distinction scientifique française, conjointement avec Claude Lorius. En 2007, il partage avec Al Gore et les autres scientifiques membres du GIEC le Prix Nobel de la Paix. En 2009, il est élu président de la Société Météorologique de France et président du Haut Conseil de la science et de la technologie.