Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

458

Séminaire Visualiser et modéliser le cerveau

< précédent | suivant >

Voir n’est pas inspecter une image
Michel Imbert (ENS / EHESS)

27 octobre 2004

Ce que nous voyons n’a guère de ressemblance avec l’image que réalise l’optique oculaire sur le fond de notre œil. Celle-ci n’est qu’un point de départ à de multiples traitements qui, commençant dès la rétine, se poursuivent à de nombreux étages cérébraux pour rendre possible la construction de notre perception visuelle. C’est la raison pour laquelle nous ne voyons pas un objet ou un événement par nos yeux seulement, mais par tous nos sens et par l’activité de tout notre cerveau. En outre, on peut ne plus avoir conscience de voir quelque chose tout en manifestant que l’on est encore sensible à certaines caractéristiques visuelles de l’objet que l’on dit ne pas voir. Nous décrirons un certain nombre de résultats récents qui établissent que voir ne saurait se réduire à la contemplation d’une image.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

Visualiser
pictogrammeformat vidéo quicktime mov, haut débit
diffusion en ligne de la vidéo (streaming) avec projection simultanée des documents par la technique du SMIL

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, haut débit, streaming / diffusion en ligne

Michel Imbert Michel Imbert (ENS / EHESS)
Né en 1935, Michel Imbert, docteur ès sciences, a créé à Toulouse en 1993 le Centre de recherche cerveau et cognition (UMR 5549 ; université Paul Sabatier, CNRS et EHESS). Il est actuellement attaché au Département d’études cognitives de l’ENS, et s’intéresse tout particulièrement à l’histoire des théories scientifiques et philosophiques de la perception visuelle en tant que fondation des sciences cognitives contemporaines. Professeur des universités (université Toulouse III), membre de l’Institut universitaire de France, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, il est également correspondant de l’Académie des sciences.
Parallèlement à sa carrière universitaire (professeur de psycho-physiologie à la Faculté des sciences de Toulouse, sous-directeur de la chaire de neurophysiologie au Collège de France, professeur de neurobiologie du développement à l’université de Paris-sud Orsay, professeur de neurosciences de la vision à l’université Pierre et Marie Curie et professeur de neurosciences cognitives à l’université Paul Sabatier de Toulouse), Michel Imbert a exercé diverses fonctions administratives. Parmi ces dernières il faut citer celles de directeur scientifique adjoint du département des sciences de la vie du CNRS, de membre du conseil d’administration de la société des neurosciences, de membre de la 29e section du Comité national du CNRS et de directeur adjoint du GIS Sciences de la cognition.