Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

402

Ethnografeast II : La fabrique de l’ethnographie

< précédent | suivant >

La justification dans la relation ethnographique
Michel Naepels (CNRS)

17 septembre 2004

L’ethnographe collecte-t-il des informations auprès d’informateurs ? L’ethnographe et ses interlocuteurs se rencontrent-ils pour nouer un dialogue, poursuivre une conversation ? Je souhaite me demander alternativement si le concept de justification (notamment tel qu’il a été utilisé par Boltanski dans L’amour et la justice comme compétences) ne permet pas de décrire certaines des (nombreuses) formes d’interlocutions qui se déploient au cours d’une enquête ethnographique. Je me demanderai ainsi pourquoi les personnes que rencontre l’ethnographe lui parlent, quand il existe toujours de bonnes raisons de ne pas le faire, en faisant l’hypothèse que la justification de leurs actions et de leurs positions dans une situation conflictuelle peut être l’un des cadres à la fois productif et problématique de cette interlocution. Je m’interrogerai aussi sur les situations dans lesquelles c’est l’ethnographe qui se retrouve sommé de se justifier. Cette double interrogation menée à partir d’exemples issus de mes enquêtes menées en Nouvelle-Calédonie permet d’ouvrir la question du registre de la réalité sociale auquel permettent d’accéder des énoncés issus de situations dans lesquelles on donne ses raisons - et par la même de poursuivre la réflexion sur la nature de la compréhension dans les sciences sociales.

Télécharger
pictogrammeformat quicktime mp4, haut débit, téléchargement - ??? (erreur acces)

Michel Naepels Michel Naepels (CNRS)
Non disponible