Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2708

Journée d’études sur la représentativité

 | suivant >

Introduction à la journée d’études
Avner Bar-Hen (Paris V/SFdS) et Marion Selz (CNRS)

4 février 2010

Introduction de Marion Selz (Centre Maurice Halwachs) :
Lors d’une récente séance du séminaire de Modélisation et méthodes statistiques en sciences sociales (M2S3), au Centre Maurice Halbwachs, Emmanuel Didier et nous-même nous sommes aperçus que la définition du mot représentativité était affectée de beaucoup d’ambiguïté, de confusion, voire de désaccord, y compris au sein même du domaine des statistiques.
Florence Maillochon et nous-même avions déjà été confrontées à cette impression d’ambiguïté lors de la rédaction d’un chapitre sur la représentativité dans l’ouvrage Le raisonnement statistique en sociologie (paru aux PUF en septembre dernier) et ceci, non seulement au moment de l’écriture même, mais aussi lors de la relecture par différents collègues. Nous devons préciser que c’est Florence qui nous a suggéré l’idée d’organiser un débat sur la question.
La représentativité est un concept utilisé aussi bien en statistique que dans d’autres contextes, ce qui est sans doute l’une des sources des difficultés rencontrées. Qu’est-ce qui représente une population ? Une population miniature, une population aléatoire ? un ou des porte-parole ? un ou des spécimen typiques ? un individu moyen ? Comment appréhende-t-on l’hétérogénéité plus ou moins grande de la population ? Aujourd’hui, bien sûr, nous allons nous intéresser plus spécifiquement à l’usage qui est fait de la représentativité dans le cadre des statistiques, et plus précisément à la façon de construire des échantillons représentatifs, mais il nous semble utile de bien prendre conscience de l’usage qui en est fait dans d’autres circonstances.
L’exposé d’Emmanuel Didier sur l’histoire du concept nous permettra de voir les différents sens que celui-ci peut prendre. Les exposés d’Olivier Sautory et Alain Tripier préciseront la façon dont l’INSEE et les instituts de sondage, respectivement, construisent des échantillons dits "représentatifs", dans le sens où l’on peut leur appliquer les règles de l’inférence, certains suggérant de ce fait de les dénommer "extrapolables". Les interventions suivantes porteront sur des cas spécifiques pour lesquels la construction d’échantillons représentatifs est particulièrement problématique. Il s’agira alors de voir comment on se débrouille dans le cas des populations difficiles à joindre, avec Maryse Marpsat et Nicolas Razafindratsima, dans le cas de comparaisons internationales, avec Arnaud Bringé et Patrick Festy, enfin lors du suivi de cohortes en épidémiologie, avec Marcel Goldberg, Alice Guéguen, Rémi Sitta, Marie Zins.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 3.98 Mo

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Avner Bar-Hen Avner Bar-Hen (Paris V/SFdS)
Avner Bar-Hen est professeur à l’université Paris V (Paris-Descartes) et président de la Société française de statistiques (SFdS).

Marion Selz Marion Selz (CNRS)
Marion Selz est ingénieur de recherches CNRS au Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097, CNRS, EHESS, ENS), statisticienne et informaticienne, co-auteur avec Florence Maillochon de Le raisonnement statistique en sociologie (PUF, septembre 2009).