Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2603

Rencontres des Éditions Rue d’Ulm et des Bibliothèques de l’ENS

< précédent | 

Refaire l’Italie. L’expérience de la gauche libérale (1992–2001)
Alain Bergounioux (Inspecteur général), Monique Canto-Sperber (CNRS-ENS), Piero Caracciolo (ENS), Sabino Cassese (Cour constitutionnelle d’Italie), Angelo D’Orsi (Turin) et Gilles Pécout (ENS)

9 novembre 2009

À propos du livre Refaire l’Italie. L’expérience de la gauche libérale (1992–2001) publié sous la direction de Piero Caracciolo, avec une préface de Marc Lazar (Éditions rue d’Ulm, 2009).
Après l’effondrement des partis politiques qui l’ont gouvernée depuis la Deuxième Guerre mondiale, l’Italie entre en 1992 dans une phase de crise, attirant l’attention des citoyens et des médias sur l’ampleur de la corruption politique, la faiblesse de l’État face à la mafia et la situation désastreuse des finances publiques. Pour "refaire le pays", des gouvernements constitués d’hommes de gauche ouverts au libéralisme et de libéraux accessibles aux exigences de l’égalitarisme s’attellent alors à une série de grandes réformes, qui se poursuivront, cohérentes, jusqu’en 2001. Administration, économie, soutien aux régions méridionales, école et université, immigration – le chantier de ce renouveau est vaste et complexe, dans un contexte politique en pleine mutation (évolution des partis de gauche, poussée de la Ligue du Nord)... Ces réformes ont tenté de substituer des règles impartiales au contrôle étatique et clientéliste des processus sociaux, avec des résultats significatifs : privatisations, libéralisations, nouvelle définition des rapports entre politique et administration, décentralisation active. L’expérience analysée ici est replacée dans l’histoire de chacun des domaines concernés, ce qui fait de ce livre, outre une étude approfondie de la décennie 1992–2001, un véritable guide de civilisation italienne. Enfin, le cas italien est d’un intérêt décisif pour une réflexion plus générale, en France et en Europe, sur les défis que doit relever la gauche libérale.
Après un mot d’accueil par Laure Léveillé, directrice de la Bibliothèque des lettres de l’ENS, puis une introduction au débat par Monique Canto-Sperber, directrice de l’ENS, les participants engagent le débat entre eux, Piero Caracciolo et la salle. La séance est conclue par Lucie Marignac, directrice des Éditions rue d’Ulm-Presses de l’ENS.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 110.87 Mo

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Télécharger
pictogrammeFormat pdf - 380.9 Ko

Télécharger
pictogrammeFormat pdf - 136.11 Ko

Alain Bergounioux Alain Bergounioux (Inspecteur général)
Alain Bergounioux, ancien élève de l’École normale supérieure, est inspecteur général d’histoire et président de l’OURS (Office universitaire de recherche socialiste). Il est secrétaire national en charge des Etudes et des Revues.

Monique Canto-Sperber Monique Canto-Sperber (CNRS-ENS)
Monique Canto-Sperber est philosophe et directrice de l’ENS. Elle est directrice de recherche au CNRS. Elle a été vice-présidente du Comité Consultatif National d’Éthique. Elle dirige deux collections aux Presses Universitaires de France (PUF). Elle conseille également la chaîne parlementaire, Public Sénat et est productrice à France Culture.

Piero Caracciolo Piero Caracciolo (ENS)
Piero Caracciolo a longtemps été lecteur à l’université de Lille III où il a enseigné la civilisation italienne contemporaine. Depuis 1989, il est chargé de cours à l’École normale supérieure où il enseigne la langue italienne et organise un séminaire sur l’histoire récente de l’Italie.

Sabino Cassese Sabino Cassese (Cour constitutionnelle d’Italie)
Sabino Cassese, ancien ministre italien de la Fonction publique dans le gouvernement Ciampi, est professeur à l’Université de Rome "La Sapienza" et membre de la Cour constitutionnelle italienne (Corte costituzionale della Repubblica italiana).

Angelo D’Orsi Angelo D’Orsi (Turin)
Angelo D’Orsi est professeur à l’université de Turin et président de FestivalStoria.

Gilles Pécout Gilles Pécout (ENS)
Professeur en histoire contemporaine à l’ENS.
Directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE).
Spécialiste de l’histoire de l’Italie et de l’Europe méditerranéenne au XIXe siècle.