Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2498

Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

< précédent | suivant >

Le corps souffrant dans le théâtre anglais contemporain
Élisabeth Angel-Perez (Paris IV)

3 avril 2009

Né de la Shoah et d’Hiroshima, de Tian’anmen et de la purification ethnique, le théâtre contemporain anglais décline l’horreur sous toutes ses formes : le corps en scène devient une sorte de corps-monde sur lequel se lit toute la barbarie de l’humanité relocalisée dans l’intime. "New Brutalists", "In-Yer-Face Theatre", théâtre des "Nasty 90’s", autant d’expressions qui renvoient à la mise en scène du corps-spectacle et le plus souvent du corps souffrant : corps affamé, violé, éviscéré, amputé, énucléé. Éminemment politique, le théâtre contemporain anglais, longtemps partisan de l’opsis et donc de la violence frontale, semble aujourd’hui, avec les pièces non-lieu (on n’y passe jamais à l’acte) de Martin Crimp et les play-poems de Sarah Kane, privilégier un théâtre verbal dans lequel la violence est "intimée", vocalisée plus qu’exhibée. Ce panorama se propose de montrer comment la scène anglaise contemporaine passe d’un théâtre de l’horreur, fondé sur les aggro-effects (pièces d’Edward Bond ou de Howard Barker, premières œuvres de Sarah Kane), à un théâtre de l’abjection (présentée par Julia Kristeva comme la face privée d’un concept dont l’horreur serait la face publique) dans lequel le corps martyrisé est mis en voix et en texte.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 29 Mo

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Non disponible Élisabeth Angel-Perez (Paris IV)
Élisabeth Angel-Perez, co-directrice de "Texte et critique du texte" (VALE EA4085), est professeur à l’université Paris IV (Paris-Sorbonne). Son domaine de spécialité est le théâtre anglais contemporain. Auteur de Voyages au bout du possible : Les théâtres du traumatisme de Samuel Beckett à Sarah Kane (Paris, Klincksieck, 2006), elle a également dirigé de nombreux volumes collectifs comme New British Dramaturgies (The European Journal of English Studies, n° 7/1, avril 2003), Howard Barker et le Théâtre de la Catastrophe (Paris, Éditions Théâtrales, 2006), avec Nicole Boireau Le Théâtre anglais contemporain 1985–2005 (Paris, Klincksieck, 2007), avec Pierre Iselin La Lettre et le Fantôme : le spectral dans la littérature et les arts (Paris, PUPS, 2006), ou encore avec Alexandra Poulain Hunger on the Stage (Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2008) et Things in Contemporary English and Irish Theatre (Montpellier, EBC, 2009). Elle est par ailleurs rédactrice en chef adjointe de la revue Études anglaises. Élisabeth Angel-Perez traduit des pièces de Martin Crimp, Caryl Churchill et Howard Barker. Elle a également coordonné la traduction des écrits théoriques de Barker, Arguments pour un théâtre et La Mort, l’unique et l’art du théâtre (Besançon, Solitaires Intempestifs, 2006 et 2009).

En savoir plus

Autres conférences

en littérature