Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2495

Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

< précédent | suivant >

Déviances hystériques et bavures médicales dans le théâtre de Feydeau ("Les Fiancés de Loches", 1888)
Violaine Heyraud (Paris X)

3 avril 2009

Les quiproquos, dans le vaudeville, dépassent la simple méprise identitaire. Chez Feydeau, les personnages, emportés par le mécanisme de l’erreur, en viennent à remettre en question leur intégrité mentale, s’accusent mutuellement de folie et en donnent malgré eux tous les signes. Les Fiancés de Loches (1888), pièce reprise par Jean-Louis Martinelli au Théâtre des Amandiers en février 2009, est la seule où l’ignorance des us peut mener jusqu’à l’exclusion dans un hôpital psychiatrique. La folie, apparente ou imposée, est ici le produit d’un regard social : il est contre toute attente plus vraisemblable de suspecter une confusion mentale là où il n’y a qu’une différence de codes, et une maîtresse embarrassante, dès lors qu’on la fait passer pour folle, devient plus acceptable. À une époque fascinée par l’hystérie, Feydeau brocarde les possibles dérives de la psychiatrie et de ses traitements forcés, du magnétisme à l’art-thérapie, et interroge sur le mode farcesque la facilité de la condamnation médicale des inadaptés sociaux. N’y a-t-il pas, réciproquement, une jouissance à se prêter au jeu et offrir à qui les attend et les guette le spectacle de symptômes névrotiques ? En étirant ses malentendus invraisemblables, Feydeau inscrit son public dans un processus de fabrication de la folie, permise par un langage malléable et la rigidité des rapports sociaux.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 10.86 Mo

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Non disponible Violaine Heyraud (Paris X)
Ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes, Violaine Heyraud est chargée de cours en Arts du spectacle à l’université Paris X (Nanterre) et rédige, sous la direction de Christian Biet, une thèse sur la répétition chez Feydeau.
Publications :
– "L’impossible patrimoine boulevardier dans le cinéma français des années 1980 à aujourd’hui", in Les Fictions patrimoniales sur grand et petit écran : contours et enjeux d’un genre intermédiatique, dir. Pierre Beylot et Raphaëlle Moine, Presses universitaires de Bordeaux, à paraître en 2009.
– "Feydeau l’aliéniste : un théâtre de la crise", journal du Théâtre des Amandiers de Nanterre, mars 2009.
– "Répétition et usure du couple dans les farces conjugales de Feydeau", in Re-Répéter-Répétition(s), dir. Alexandra Pifarré et Sandrine Rutigliano-Daspet, université de Savoie, à paraître en 2009.
– "Entre Renard et Rostand : Guitry, enfant du théâtre 1900", in Sacha Guitry, une vie d’artiste, dir. Noëlle Giret et Noël Herpe, Éditions Gallimard, 2007.
– "Principe de répétition et exaspération comique dans La Puce à l’oreille de G. Feydeau", in Le Comique de répétition, dir. Yen-Maï Tran-Gervat, Humoresques, n° 26, juin 2007.
– "Le récit chez Feydeau : impossible et nécessaire", in Le Récit au théâtre, dir. Hélène Baby et Odile Gannier, université de Nice, Loxias, n° 12, mars 2006.

En savoir plus

Autres conférences

en littérature