Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2491

Les grandes conférences de l’École normale supérieure

< précédent | suivant >

Compter les morts de guerre
Judith Butler (Berkeley)

28 mai 2009

Dans cette seconde conférence, Judith Butler développe et applique les analyses conceptuelles de la conférence précédente (25 mai 2009) au cas des images de soldats américains tués au combat, images longtemps interdites aux États-Unis, au "cadrage" de la guerre par le photo-journalisme contemporain, notamment par les journalistes "embarqués" dans les convois militaires, au traitement des photos d’Abu Ghraib pendant la seconde guerre du Golfe et au comptage des morts dans le conflit israélo-palestinien.
Répondants par ordre de prise de parole :
– Chantal Pontbriand, commissaire d’exposition indépendante et directrice de la revue d’art contemporain Parachute dont deux numéros (123 et 124) portent sur la violence psychique. Elle a présenté au Jeu de Paume une exposition d’Harun Farocki et Rodney Graham, deux artistes qui travaillent la question de la violence dans l’image (mai-juin 2009).
– Esther Benbassa, directrice d’études à l’EPHE, spécialiste des mondes juifs et intellectuelle publique, auteur notamment du Dictionnaire des mondes juifs (avec Jean-Christophe Attias, Larousse 1997, 2008) et de La souffrance comme identité (Fayard 2007). Elle a organisé un colloque "Israël-Palestine, l’état des lieux" en avril 2009, intervient régulièrement sur France Culture, notamment sur le conflit Israël-Palestine, et a publié un point de vue sur "L’égalité par l’action positive" dans Le Monde du 18 avril 2009.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 145.93 Mo

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Non disponible Judith Butler (Berkeley)
Judith Butler est professeur au département de rhétorique et de littérature comparée de l’université de Berkeley. Depuis quelques années, ses travaux sur le genre sont pleinement reconnus en France à la suite, notamment, d’un colloque tenu en 2005 à l’ENS et de la traduction, quinze ans après sa publication aux États-Unis, de Trouble dans le genre (La Découverte, 2005).
Judith Butler utilise, critique et poursuit les travaux de Derrida, Deleuze et surtout Foucault pour construire une théorie des identités sexuelles également appuyées sur une élaboration du concept austinien de performatif. Dans les années 2000, et depuis le 11 septembre 2001 notamment, elle a élargi son horizon à des questions plus universellement politiques comme, par exemple, celle de la constitution des vies humaines en tant que telles (Vie précaire, Amsterdam 2005) ou l’inégalité des vies humaines telles que les médias les présentent et les font être (Frames of War: When is Life Grievable?, Verso 2009).