Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2428

Colloque La philosophie du soin - Éthique, médecine et société

< précédent | suivant >

"Who cares?" Quelle attention au malade dans la relation thérapeutique ?
Claire Marin (professeur de philosophie)

10 juin 2009

(Session "La philosophie du point de vue du soin I")
Au-delà du simple jeu de mots, la polysémie de l’expression "who cares?" pose une double question. D’une part, elle évoque le sentiment d’incompréhension ou d’indifférence que le patient peut ressentir dans la relation thérapeutique. Le décalage entre la perspective du médecin sur la pathologie et le vécu subjectif et singulier du malade nourrit un malentendu qui peut entretenir l’idée d’un désintérêt ou d’un mépris. D’autre part, interrogeant le sujet du soin, elle pose le problème de la compétence du médecin dans l’attention ou la prise en charge de certains aspects, notamment psychologiques et moraux, de la maladie ; éléments dont l’identification et l’évaluation débordent sans doute le seul domaine de la médecine, tout en étant des éléments essentiels du soin nécessaire au malade. Qui est à même d’évaluer ce qui fait souffrir le patient, au-delà des éléments symptomatiques d’une pathologie ? Qui peut appréhender les effets subjectifs de telle ou telle atteinte ? Qui enfin peut assumer la responsabilité de cette dimension spécifique du soin ?
Bibliographie succincte :
– Stoïciens, Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1962
– Simone Weil, L’attente de Dieu, Fayard, 1966
– Georges Canguilhem, Écrits sur la médecine, Seuil, 2002
– Axel Honneth, La société du mépris, La découverte, 2006
– David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Métaillé, 2006

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 26.96 Mo

Non disponible Claire Marin (professeur de philosophie)
Ancienne élève de l’École normale supérieure, Claire Marin est docteur en philosophie et professeur agrégé de philosophie. Ses recherches portent sur la question de la violence dans l’épreuve de la maladie et dans la relation thérapeutique. Quelle est la part irréductible de violence dans le soin ? Quelles sont les formes de violence qui pourraient être désamorcées ou réduites ? Il est nécessaire d’approfondir la position ambiguë du médecin qui peut sans doute tout autant les exacerber que les atténuer.
Publications :
– (dir.) L’épreuve de soi, Armand Colin, 2003
Violences de la maladie, violence de la vie, Armand Colin, 2007
Hors de moi, Allia, 2007.

En savoir plus

Autres conférences

en philosophie

en éthique

en médecine