Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2351

Semaine de la Renaissance

< précédent | suivant >

Philosophie et écriture – 3. Le lyrisme familial et ses rapports avec la devotio moderna en peinture
Perrine Galand-Hallyn (Paris IV)

9 avril 2009

La conférencière s’interroge sur les modalités de l’écriture lyrique et de l’expression du moi à la Renaissance. Elle observe que le latin est alors vraiment la langue de l’intime : c’est surtout en latin que naît une conception du lyrisme définie par la subjectivité, et non pas simplement par les choix métriques. Les humanistes explorent même de nouveaux domaines comme celui du lyrisme familial. Cette pratique poétique se fonde sur un idéal esthétique et éthique qui privilégie la mediocritas, le "Connais-toi toi-même". Elle expérimente une poésie du quotidien, ouverte parfois à un réalisme trivial, mettant notamment en scène des enfants. L’émergence de cette pratique et de ce style peut être mise en relation avec l’apparition des portraits d’enfants dans les pays du Nord de l’Europe.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Non disponible Perrine Galand-Hallyn (Paris IV)
Perrine Galand-Hallyn est directrice d’études à l’EPHE où elle enseigne la langue et la littérature latines. Ses travaux permettent de mieux voir les liens entre l’Antiquité et la Renaissance, entre les littératures néo-latine et française. Ils font aussi dialoguer la poésie et les arts visuels : son premier ouvrage, Le Reflet des fleurs, est consacré à la description et ce qu’elle peut révéler d’une poétique. Son recueil d’articles Les Yeux de l’éloquence met en lumière les différents rôles joués par la notion d’enargeia. Perrine Galand-Hallyn a également codirigé un important volume sur les poétiques de la Renaissance.

En savoir plus

Autres conférences

aucune autre conférence sur les mêmes thèmes