Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2201

Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

< précédent | suivant >

Les positions éthiques face aux effets anthropogéniques
Jean-Michel Besnier (univ. Paris IV)

27 janvier 2009

Sachant que la réflexion éthique s’étaye sur les incertitudes que la science ne parvient pas à supprimer, la question posée par l’évolution du climat la requiert particulièrement – non plus seulement à la manière de Montesquieu cherchant à évaluer l’influence du climat sur les mœurs et les institutions, mais surtout à celle des contemporains, experts ou non, désireux de mesurer les facteurs et les conséquences de son évolution sur l’avenir de la planète. À cet égard, il faudra affronter la singularité de cette question ouverte par le climat : elle concerne en effet un phénomène total, alors que l’éthique s’adresse traditionnellement à un contexte clairement circonscrit dans l’espace et dans le temps ; elle concerne l’avenir et les générations futures, alors que l’éthique se conjugue en général au présent ; elle envisage de faciliter le bien-vivre d’êtres qui n’existent pas encore et auxquels on ne saurait accorder de droits ; elle se trouve exposée à préconiser des actions dont les résultats ne seront pas appréhendables avant des dizaines d’années, sinon davantage... La singularité de la question éthique posée par l’évolution du climat consiste à mettre au défi d’imaginer les conditions d’une vie éthique à l’échelle planétaire, à l’heure où les principales tentations utopiques décrivent un monde dans lequel l’homme aurait techniquement résolu ses problèmes environnementaux et aurait même dépassé les limitations de son humanité. Éclairé ou non, le catastrophisme auquel on est souvent enclin, lorsque la leçon des scientifiques est prise au sérieux, aura peut-être de plus en plus affaire avec les fantasmes engendrés par les spéculations transhumanistes, par définition indifférentes au sort de l’humanité, ou bien avec la démobilisation quasi suicidaire dont ces fantasmes sont souvent la traduction dans les sociétés hypertechnologisées.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Jean-Michel Besnier Jean-Michel Besnier (univ. Paris IV)
Jean-Michel Besnier est agrégé de philosophie, docteur d’État en Sciences politiques et professeur à l’université Paris IV (Paris-Sorbonne) sur une chaire de Philosophie des technologies d’information et de communication. Il appartient au Centre de recherche en épistémologie appliquée (CREA), laboratoire du CNRS et de l’École polytechnique axé sur les sciences cognitives. Il est également membre du Conseil scientifique de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, du Comité d’éthique et de précaution de l’INRA (COMEPRA) et du Comité d’éthique du CNRS (COMETS).