Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2200

Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

< précédent | suivant >

Changement climatique : certitudes, incertitudes et idées fausses
Édouard Bard (Collège de France)

27 janvier 2009

Le changement climatique est certainement un des risques majeurs auxquels l’humanité devra faire face dans les prochaines décennies. Ce problème qui nous concerne tous, et dont nous portons une part variable de responsabilité, est sans précédent dans son aspect complexe et parfois difficile à prévoir.
Notre société a déjà fait face à d’autres risques, affectant notamment l’environnement ou la santé humaine (ozone, pluies acides, amiante, pollutions chimiques, radioactivité, manipulations génétiques...). Ceux-ci posent – ou ont posé – des problèmes scientifiques et techniques, engendrant également des problèmes d’ordre éthique. Aucun ne présente néanmoins le même niveau de complexité que le changement climatique.
Comprendre l’évolution du climat exige de considérer le système climatique à la fois dans sa globalité et dans ses menus détails. Ce système comprend des compartiments très divers comme l’atmosphère, l’hydrosphère, notamment les océans, la cryosphère, en particulier les calottes de glace polaires, la biosphère et enfin la lithosphère. Il est nécessaire d’appréhender cette complexité dans l’espace, de la stratosphère à l’océan profond, à toutes les latitudes, des calottes de glaces polaires aux tourbières tropicales. L’échelle des processus physico-chimiques va des invisibles noyaux de condensation aux cellules de convection de Hadley mettant en mouvement une partie majeure de la masse atmosphérique. Cette diversité spatiale s’accompagne d’une extrême diversité dans les échelles de temps. Des éruptions volcaniques, qui durent quelques jours, doivent être prises en compte au même titre que de lentes variations, sur des millions d’années, de la géométrie de l’orbite terrestre.
Il est donc malheureusement impossible à une personne seule de conduire des recherches pointues et de parler avec compétence sur tous ces sujets, aussi bien aux autres scientifiques qu’aux journalistes et aux décideurs, ainsi qu’au grand public. Cette diversité dans l’espace, dans le temps, dans la nature même des processus, rend nécessaire la collaboration entre scientifiques provenant d’horizons très variés, de la biologie moléculaire à l’astrophysique. Une telle synergie des connaissances est indispensable et fructueuse. Elle ne conduit pas à une dilution des compétences qui aboutirait à un consensus inutile : cette dérive est évitée grâce aux débats ouverts entre chercheurs et aux mécanismes d’expertise de la communauté scientifique, notamment l’évaluation des travaux par les pairs et la reproduction des résultats par des équipes indépendantes.
Afin d’illustrer le propos, j’aborderai quelques exemples de débats récents sur le climat en insistant sur les principes solidement établis et les idées incertaines et parfois fausses qui persistent à l’extérieur de la communauté des chercheurs.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Non disponible Édouard Bard (Collège de France)
Édouard Bard, climatologue français, élu à l’Académie des Sciences est, depuis 2001, titulaire de la chaire "Évolution du climat et de l’océan" au Collège de France. Après des études d’ingénieur géologue (ENSG 1983–1985), il poursuit ses recherches au CEA puis à l’université Columbia de New York et à l’université d’Aix-Marseille III. Il est actuellement directeur adjoint du Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (CEREGE).