Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2155

Séminaire MHD (SEMHD)

< précédent | suivant >

Théorie des émissions radio planétaires
Philippe Louarn (CESR/Toulouse III)

24 novembre 2008

Parmi les diverses théories proposées pour la génération des ondes radio dans les régions aurorales (de haute latitude) des magnétosphères planétaires, seule celle de l’instabilité maser cyclotron rend compte de l’ensemble des caractéristiques observées. Le fonctionnement de l’instabilité est ici décrit en détail et placé dans le contexte des magnétosphères planétaires : condition de résonance électron-onde et taux de croissance, critères d’instabilité, fonctions de distribution électronique instables comme source d’énergie, origine de ces distributions, lien avec les sous-orages, rôle de l’hétérogénéité spatiale de la source, rôle d’une cavité de plasma comme région source, saturation de l’instabilité... Cette description est fondée sur les mesures in situ effectuées par les sondes spatiales circumterrestres comme Viking et FAST, et les résultats sont transposables aux émissions radio de Jupiter, Saturne et de toutes les planètes magnétisées.
Bibliographie :
– Louarn P., "Auroral planetary radio emissions: Theoretical aspects", Adv. Space Res., 12 (1992), (8)121–(8)134.
– Treumann R.A., "The electron–cyclotron maser for astrophysical application",Astron. Astrophys. Rev., 13 (2006), 229–315.
– Wu C.S., "Kinetic cyclotron and synchroton maser instabilities: Radio emission processes by direct amplification of radiation", Space Sci. Rev., 41 (1985), 215-298.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Philippe Louarn Philippe Louarn (CESR/Toulouse III)
Philippe Louarn est directeur du département "Système solaire" au sein du Centre d’études spatiales du rayonnement (CESR, unité mixte UMR 5187 du CNRS/Université Paul-Sabatier Toulouse III).