Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2077

Colloque De l’imitation dans les musées

< précédent | suivant >

Quel modèle pour les musées littéraires ? Le choix de la maison de Balzac
Yves Gagneux (Maison de Balzac)

7 décembre 2007

Quand la Maison de Balzac fut inaugurée en 1908, elle était agencée comme un lieu de mémoire et s’adressait à un public supposé connaître l’auteur et son œuvre. À la fin du XIXe siècle ou au début du XXe, la conception biographique fait la norme dans les maisons d’écrivain. Toutes ont d’ailleurs été créées grâce à l’enthousiasme d’admirateurs ou de proches.
Mais en quelques décennies, le public a profondément changé de nature en raison, d’une part, de l’engouement massif dont ont profité tous les musées, d’autre part, de l’évolution de l’enseignement qui accorde aux connaissances littéraires et historiques une moindre place. Les érudits font progressivement place à des visiteurs moins savants, pour lesquels la conception biographique paraît de moins en moins adaptée.
Cette évolution oblige les musées littéraires à reconsidérer leurs habitudes et à envisager de nouvelles voies pour lesquelles il n’existe aucun modèle. Pour sa part, la Maison de Balzac a choisi de privilégier la présentation de l’œuvre de l’écrivain en se fixant pour but de donner envie à chaque visiteur de lire ou de relire Balzac (on touche ici à la gageure d’un musée littéraire : présenter une œuvre écrite avec du mobilier et des objets). Cet objectif comporte d’inévitables conséquences sur le traitement du bâtiment et du site, sur la constitution des collections, sur leur présentation, ainsi que sur la politique culturelle du musée.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

Non disponible Yves Gagneux (Maison de Balzac)
Yves Gagneux, docteur en histoire de l’art, est conservateur en chef du patrimoine, directeur de la Maison de Balzac.

En savoir plus

Autres conférences

en histoire

en sciences sociales et économiques

en histoire de l’art