Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2050

Colloque De l’imitation dans les musées

< précédent | suivant >

Le Louvre à Abou Dhabi ou la quête du cosmopolitisme
Céline Hullo-Pouyat (Paris-Sorbonne Université Abou Dhabi)

5 décembre 2007

Depuis la fondation des Émirats Arabes Unis en 1971, plusieurs émirs ont institué une forte politique culturelle. Des collections du musée d’Al Ain aux campagnes de fouilles archéologiques d’Abou Dhabi, il existe une véritable volonté de conserver, protéger et mettre en valeur le patrimoine. Les collections de peintures orientalistes et de peintures d’art moderne et contemporain du musée de Sharjah témoignent également de cet intérêt pour l’art.
L’accord historique signé entre le gouvernement émirien et la France pour le musée du Louvre en 2012 à Abou Dhabi prolonge cette politique tout en lui donnant une dimension et une échelle nouvelles. Suscitant de vifs débats en France, le projet peut soulever des questions d’ordre doctrinal (menace de l’inaliénabilité des œuvres d’art), d’ordre sociétal (musée comme destination touristique et produit commercial) et d’ordre technique (conservation des œuvres pendant leur voyage).
Dans un contexte de géopolitique régionale tendue, les autorités émiriennes affichent non seulement la volonté de changer l’image d’un pays dont le développement économique est souvent perçu comme un mirage, mais aussi la volonté de lutter contre une récupération politique et doctrinaire de la religion. Qualifié de musée universel, le Louvre d’Abou Dhabi a pour vocation de participer à l’instruction à la fois des Émiriens et des expatriés (80% de la population aux Émirats Arabes Unis) et de mettre à disposition du public (vivant aux Émirats et visiteurs) des œuvres d’art de toutes les époques et de toutes les parties du monde. Par le truchement du projet des musées de l’Île de Saadiyat, les autorités veulent développer l’idée d’une translatio, une transmission de la culture. Selon le prince héritier, Sheikh Mohammed, le Louvre d’Abou Dhabi devrait permettre "d’établir un dialogue entre les cultures dans un contexte de mondialisation".

Retrouvez prochainement les enregistrements.

Non disponible Céline Hullo-Pouyat (Paris-Sorbonne Université Abou Dhabi)
Céline Hullo-Pouyat est responsable des études du Département d’archéologie et d’histoire de l’Art, Paris-Sorbonne Université Abou Dhabi. Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat de l’université Paris IV-Sorbonne sur La restauration monumentale en question : la réforme de 1985. La circulaire du 5 août 1985 relative aux études préalables et son application.

En savoir plus

Autres conférences

en histoire

en sciences sociales et économiques

en histoire de l’art