Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2048

Colloque De l’imitation dans les musées

< précédent | suivant >

La Tate Gallery à Londres et le Museo de Arte Moderno à Madrid, deux interprétations contestées et contestables d’un même paradigme : le Musée du Luxembourg à Paris
Julien Bastoen (université Paris VIII / universidad de Zaragoza)

5 décembre 2007

L’objet de notre contribution est la confrontation de deux interprétations étrangères du modèle de musée d’art moderne/contemporain établi par le Musée du Luxembourg dès 1818. Les fondations laborieuses de la National Gallery of British Art, plus connue comme Tate Gallery, entre 1889 et 1892 et du Museo de Arte Moderno entre 1894 et 1898 survinrent respectivement avant et après une redéfinition des missions du Musée du Luxembourg et de ses relations avec le Musée du Louvre, sous l’impulsion du conservateur Léonce Bénédite. Étayée par l’analyse d’archives et d’articles de presse, la contribution est organisée selon trois axes : on replace premièrement l’établissement de ces deux musées nationaux dans le contexte de crise d’un modèle français dont on peut finalement interroger la validité ; deuxièmement, on met en évidence l’instrumentalisation de ce paradigme au profit de stratégies de justification de deux musées de traditions différentes, l’une anglo-saxonne, l’autre méditerranéenne ; enfin, on évalue la nature du décalage entre la perception du prototype français à l’étranger et sa contestation en France. La problématique commune aux trois exemples semble être, en définitive, la nécessité d’une soumission au compromis, entre une glorification de l’art national sur fond de concurrence européenne sur le terrain de l’impérialisme colonial, une présentation téléonomique et normalisée de la production artistique et une volonté de légitimer la promotion de l’art contemporain.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

Non disponible Julien Bastoen (université Paris VIII / universidad de Zaragoza)
Julien Bastoen termine actuellement une thèse d’architecture et d’histoire de l’art en co-tutelle à l’université Paris VIII-IPRAUS et à la Universidad de Zaragoza, Departamento de Historia del Arte. Ses recherches portent sur Les enjeux architecturaux et urbains de l’autonomie institutionnelle des musées nationaux d’art moderne en France et en Espagne. Il bénéficie pour ce travail d’une bourse du MAEC-AECID (Ministère espagnol des Affaires étrangères, Agence espagnole de coopération internationale pour le développement).

En savoir plus

Autres conférences

en histoire

en sciences sociales et économiques

en histoire de l’art