Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2019

Respublica Literaria (Institut européen d’histoire de la République des lettres)

 | 

Tocqueville et la République des lettres
Lucien Jaume (CNRS/IEP Paris)

15 mai 2008

La conférence reprend la question que Tocqueville s’était posée : qu’est-ce qui peut faire autorité dans la "littérature" (entendons les œuvres de l’esprit) au sein des sociétés démocratiques ? Quels seront les arbitres du goût ? L’"autorité du public" s’exerce de façon paradoxale et suscite des stratégies d’écriture dont Tocqueville dévoile les ressorts. La République des lettres, telle qu’il la concevait et l’aimait, appartient au passé et contraste avec la démocratie littéraire, dont il annonce l’avènement à travers le romantisme. Fraudes, plagiats, culte de l’excès, recherche de la singularité, etc. sont la menue monnaie de la conquête du public. Si Tocqueville (qui parle ici des Français et non des Américains) se montre peu tendre pour la "littérature industrielle" (formule venue de Sainte-Beuve), il invite cependant, à l’école de Mme de Staël, à considérer la République des lettres comme une norme idéale qui peut encourager l’élévation des esprits, laquelle est vitale pour la liberté démocratique.
Conférence organisée par Respublica Literaria en partenariat avec le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM), à l’occasion de la parution de l’ouvrage de Lucien Jaume, Tocqueville : les sources aristocratiques de la liberté (Fayard, février 2008).

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Télécharger
pictogrammeformat vidéo windows media video à télécharger - 452.81 Mo

Non disponible Lucien Jaume (CNRS/IEP Paris)
Agrégé de philosophie et ancien élève de l’ENS (Saint-Cloud), Lucien Jaume est directeur de recherche au CNRS. Membre du Centre de recherches politiques, il enseigne à Sciences Po (Paris) en master recherche. Ses travaux ont porté sur la philosophie politique (Hobbes et l’État représentatif moderne, PUF, 1986), sur la Révolution française (Le discours jacobin et la démocratie, 1989) et sur le libéralisme (L’individu effacé ou le paradoxe du libéralisme français, Fayard, 1997). Il vient de publier chez Fayard, en 2008, Tocqueville : les sources aristocratiques de la liberté, qui a reçu le prix Guizot de l’Académie française.