Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

1960

Colloque La physiognomonie à la Renaissance / The Arts and Sciences of the Face 1500–1850

< précédent | suivant >

Entre physiognomonie et rhétorique : la construction du personnage dans le théâtre de Giovan Battista Della Porta / Between physiognomony and rhetoric: the construction of character in the theatre of Giovan Battista Della Porta
Eugenio Refini (Scuola Normale Superiore, Pisa)

14 décembre 2007

Les usages de la physiognomonie - session Physiognonomie entre rhétorique et théâtre présidée par Yves Hersant (Paris).

La physiognomonie et la rhétorique trouvent un lieu de rencontre privilégié dans le théâtre : la tradition littéraire classique offre à cet égard des témoignages très suggestifs qui nous permettent d’évaluer d’une façon précise le rôle joué par les études de physiognomonie dans le cadre de la production théâtrale ancienne. Pour ce qui concerne la Renaissance, les liens entre physiognomonie, rhétorique et théâtre trouvent chez Giovan Battista Della Porta un interprète tout à fait spécial. Parmi les différents domaines qu’il maîtrise, son intérêt pour la physiognomonie met en marche un court-circuit intellectuel qui implique justement la tradition rhétorique et plus précisément le théâtre : dans le traité De humana physiognomonia Della Porta joint en effet la tentative de réaliser un catalogue complet des types humains à l’exigence de documenter ses affirmations avec des exempla tirés à la fois de la littérature, de l’histoire ou bien de l’expérience directe de la vie quotidienne. Parmi les sources littéraires, se détachent les allusions au théâtre classique et surtout aux comédies de Plaute, qui offrent d’ailleurs un répertoire très riche de personnages comiques partageants les traits distinctifs dont la physiognomonie s’occupe. Par contre, le théâtre ne se limite pas à cette fonction de répertoire et il peut devenir lui-même instrument précieux de la recherche physiognomonique. Della Porta était d’ailleurs, comme on le sait, auteur de nombreuses textes théâtraux, et c’est justement en lisant ses pièces avec le regard tourné vers la caractérisation des personnages qu’on arrive à comprendre la fécondité de ses études physiognomoniques sur le plan de la rhétorique et de l’écriture littéraire. Tout en respectant la spécificité des genres théâtraux, et sans vouloir réduire la richesse extraordinaire de l’écriture comique de Della Porta au niveau d’un simple catalogue de types humains, l’effort de lire les comédies du Napolitain avec la conscience de sa compétence physiognomonique révèle en effet une stratégie rhétorique complexe qui, en héritant la classification aristotélicienne des moeurs, vise à la création de personnages mémorables. Pour Della Porta auteur dramatique il s’agit évidemment de s’affronter à la tradition comique classique, mais l’imitation de cette tradition, escorté par les notions acquises dans le domaine de la physiognomonie et de la mnémotechnique (dans son Ars reminiscendi on trouve des indications très suggestives à propos de l’usage du code théâtral afin de construire des imagines agentes), cesse d’être un simple moyen de représentation, en devenant effectivement instrument de l’inventio rhétorique.

Theatre constitutes a privileged location for the encounter between physiognomony and rhetoric. In this regard, classical literary tradition provides invaluable evidence which allows us to evaluate with some precision the role played by physiognomic studies in the framework of theatrical productions in Antiquity. In the Renaissance, the works of GB Della Porta provide a particularly outstanding example of the links between physiognomony, rhetoric and theatre. Among the different domains of which he was master, his interest in physiognomony produced an intellectual short-circuit which involved rhetorical tradition and in particular theatre. In his treatise, De humana physioignomonia, Della Porta conjoined the aim of compiling a complete catalogue of human types with the need to document his statements with exempla drawn from literature, history or from the direct experience of everyday life. Among literary sources, allusions to classical theatre stand out, notably to Plautus’s comedies, which offer a very rich range of comic characters who share the distinctive traits with which physiognomony concerns itself. However, the role of theatre is not confined to this role of catalogue, and it can itself become an invaluable aide in physiognomical research. Della Porta was, as is widely known, the author of numerous theatrical writings and by reading his plays with an eye for characterisation we can understand the fertility of his physiognomic studies both in rhetoric and in literary writing. While respecting the specificity of theatrical genres, and without reducing the extraordinary richness of Della Porta’s comic writing to a simple catalogue of human types, the attempt to read the Neapolitan’s comedies with his physiognomonical competence firmly in mind highlights his complex rhetorical strategy. While he inherits the Aristotelian classification of mores, his writing aims to create memorable characters. Della Porta the playwright sought to confront the classical comic tradition. Yet imitation of this tradition – accompanied by acquired notions in the domains of physiognomony and mnemotechnics (in his Ars reminisciendi, we find very suggestive indications about the use of theatrical codes as a way of constructing imagines agentes) - ceases to be a simple means of representation and effectively becomes the instrument of rhetorical inventio.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande / streaming

Télécharger
pictogrammeformat vidéo mp4 à télécharger - 104.11 Mo

Télécharger
pictogrammeformat vidéo windows media video à télécharger - 76.76 Mo

Eugenio Refini Eugenio Refini (Scuola Normale Superiore, Pisa)