Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

1375

Colloque Daniel Arasse

< précédent | suivant >

La peinture à son plaisir. Vers une méthode.
Guillaume Cassegrain (univ. Lyon II)

9 juin 2006

Daniel Arasse ne considérait pas la réflexion méthodologique comme une pratique annexe de l’histoire de l’art qui devait être dissociée de l’analyse proprement dite des œuvres. Le titre qu’il a donné à l’ouvrage qu’il souhaitait consacrer au sujet résume bien l’idée qu’il se faisait de la « méthode » : L’Art dans ses œuvres. Ainsi, même s’il n’a jamais abordé les problèmes théoriques de front, Daniel Arasse a toujours témoigné, à travers ses livres et ses articles, d’un intérêt pour la dimension réflexive de l’histoire de l’art. La « signification figurative », l’« iconologie analytique » sont autant d’exemples qui montrent, au-delà de la diversité des objets interrogés (de la peinture siennoise du trecento à la peinture abstraite), comment Daniel Arasse cherchait à faire jouer, ensemble, lecture historique de l’image et élaboration théorique d’une méthode d’analyse. Mais l’originalité de la démarche de Daniel Arasse est sans doute à chercher ailleurs. Daniel Arasse fait appel non pas à une méthode dogmatique – incapable de s’adapter à ce que montre l’image, système aveugle aux originalités de la peinture – mais ce que l’on pourrait appeler, avec Roland Barthes, une « critique » qui vient lorsque « le plaisir peut être dit ». cette notion de plaisir – plaisir de l’historien devant les œuvres et plaisir de l’artiste devant son œuvre, dans son œuvre – peut servir à mieux définir les usages historiques et théoriques des images et à dégager, dans le cadre d’une histoire de l’art, une poétique de l’art. Le plaisir que Daniel Arasse a recherché dans la peinture est un moyen heuristique qui lui permet de rester attentif à l’image en train de se faire, de comprendre ses excès et de ne pas se fier aveuglément aux « besoins » de l’iconographie. Le plaisir dans/de la méthode de Daniel Arasse est enfin l’occasion d’interroger ses « sources » et de mieux comprendre ce que la lecture de textes comme Le Plaisir du texte de Roland Barthes ou Les Plaisirs de la narration de Louis Marin a pu lui apporter.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 (haut débit) - ??? (erreur acces)

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande

Télécharger
pictogrammeformat mp4, vidéo à télécharger - 63.9 Mo

Télécharger
pictogrammeformat windows media video - 44.22 Mo

Guillaume Cassegrain Guillaume Cassegrain (univ. Lyon II)
Guillaume Cassegrain enseigne l’histoire de l’art moderne à l’Université Lumière-Lyon 2. Il a soutenu, en 2001, une thèse sous la direction de Daniel Arasse sur la représentation des apparitions à Venise au Cinquecento. Spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance, il publie un livre sur Michel-Ange (Hazan) et un dictionnaire critique d’histoire de l’art (Macula).