Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

1362

Colloque Daniel Arasse

< précédent | suivant >

La question du regard dans les œuvres tardives de Giovanni Bellini
Philippe Morel (univ. Paris I)

8 juin 2006

Prenant pour point de départ l’article particulièrement stimulant que Daniel Arasse a consacré à la Dérision de Noé de Giovanni Bellini et réédité dans Le sujet dans le tableau, cette étude vise à préciser les enjeux théologiques de l’image ainsi que les mécanismes de son fonctionnement réflexif, avant de revenir sur le rapport établi par Daniel Arasse avec d’autres œuvres, contemporaines mais profanes, du même artiste. Cette confrontation permettra de prendre la mesure des ultimes réflexions du vieux maître sur l’économie scopique de la peinture et conduira vers une interprétation quelque peu paradoxale du souci d’apparente modernité qui s’en dégage, en replaçant l’exégèse chrétienne au cœur de la théorie artistique.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 (haut débit) - ??? (erreur acces)

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - ??? (erreur acces)

- Visualiser
- Télécharger
pictogrammeformat quicktime mov, vidéo à la demande

Télécharger
pictogrammeformat mp4, vidéo à télécharger - 81.57 Mo

Télécharger
pictogrammeformat windows media video - 52.47 Mo

Philippe Morel Philippe Morel (univ. Paris I)
Philippe Morel est professeur d’histoire de l’art moderne et directeur du Centre d’histoire de l’art de la Renaissance (CHAR) à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est également membre senior de l’Institut Universitaire de France. Outre de nombreux articles sur l’art italien de la fin du XVe au début du XVIIe siècle, il est l’auteur de divers ouvrages : Le Parnasse astrologique. Étude iconologique des décors peints pour le cardinal Ferdinand de Médicis (École Française de Rome-Académie de France à Rome, 1991), Les grottes artificielles en Italie au XVIe siècle (Macula, 1997), Les grotesques. Les figures de l’imaginaire dans la peinture italienne de la fin de la Renaissance (Flammarion, 1997), et Mélissa. Magie, astres et démons dans l’art italien de la Renaissance (Les Belles Lettres, 2006). Il est également le directeur et l’un des auteurs de l’ouvrage collectif L’art italien (2 vol., Citadelles et Mazenod, 1997-1998), et des actes du colloque L’art de la Renaissance entre science et magie (Académie de France à Rome-Somogy, 2006).